Shop Mobile More Submit  Join Login
About Deviant Lugi-sanFemale/France Group :icontf-prime-forever: TF-Prime-Forever
 
Recent Activity
Deviant for 5 Years
Needs Core Membership
Statistics 141 Deviations 1,877 Comments 7,509 Pageviews

Newest Deviations

Random Favourites

Groups

:icontf-prime-forever:

Friends

Watchers

deviantID

Lugi-san
France

Activity


Le soleil se levait sur Elvylius. Des gouttes perlaient encore sur les feuilles, seules vestiges de l'orage de la veille. Le ciel avait retrouvé son teint bleuté, quelques rares nuages blancs le traversaient. Les rayons caressaient le visage du blessé, il grimaça, cherchant les ténèbres sous sa couette. Le matin était déjà arrivé? Azenet ôta lentement la couette de son visage pour laisser du temps à ses yeux de s'accommoder à la lueur du jour. Il regarda autour de lui. Les lits des autres étaient fais. Il ne trouva que Bill à ses côtés. Aypierre, Nems et Bboy ne semblaient plus là. Le barbu nota l'éveil du plus jeune, il reposa le livre qu'il avait entre les mains et se pencha au-dessus de lui, passant une main sur son front.
« Ça va, Azenet? Ta fièvre semble avoir baissé, c'est bien. Tu as meilleure mine. On dira merci à la potion je pense. Tu sais que tu m'as fait peur toi? Plus jamais on ne se séparera dans une grotte. Plus jamais ! Tu as soif peut-être? Ou faim? » Il posait bien trop de questions le Bill. Azenet esquissa un petit sourire avant de se redresser pour s'asseoir dans son lit. Il se sentait encore patraque, mais la faiblesse diminuerait au fil du temps.
« Oui. J'ai faim et soif. Et...désolé de vous avoir fait peur. J'ai vu ma vie défilée devant mes yeux je t'avouerais...si je n'avais pas eu ce seau d'eau...les autres vont bien? » Questionna le brun aux yeux marrons, alors qu'il piquait la bouteille d'eau des mains de son interlocuteur.
« Aypierre est parti parler de tu-sais-quoi aux autres. Il faut qu'on arrête tout, avant que ce ne soit trop tard. Il faut qu'on s'enfuie. Ils sont en train de nous faire entre-tuer. Tout ça pourquoi ? Pour ça? » Répondit le chercheur en sortant une prismarine de sa poche. « Ces pierres sont faites de lumière. C'est incroyable. Elles brillent dans le noir, telles la lueur de la lune. Dans la légende, elles servent d'offrandes au créateur de l'île, celui qui accorde les souhaits. »
« Elle veut le réveiller. »
« Qui ça? »
« Le créateur. Cette fille là...ou plutôt... » Il ferma les yeux, se rappelant l'atrocité qu'il avait eu en fasse de lui. Il effleura sa gorge de sa main droite. Les coupures avaient disparu. Mais son corps se souvenait. Il se souvenait de ses griffes acérées prêtes à le tuer. « C'est un monstre, Bill. Ce n'est pas un être humain. Pierre doit le savoir ! Elle a essayé de me tuer ! C'est elle qui a envoyé le creeper ! Et je suis sûr que c'est elle qui a saboté le navire de Fukano aussi ! Ils font passer cela pour des accidents... Elle déteste la lumière. Son apparence humaine doit la protéger la journée. »
« Tu es sûr que ça va? Tu m'inquiètes. » S'interrogea Bill en le regardant sérieusement.
« Tu ne me crois pas? »
« Je ne dis pas. C'est juste que tu as fait une chute assez impressionnante, ta tête a prit un sacré choc...peut-être était-ce un rêve? »
« Je l'aurais...rêvé? » Azenet cligna lentement des yeux. Non. Elle était là ! Ils devaient le croire. « Je suis sûr qu'elle sert le maître du jeu et que lui-même sert cette espèce de créature qu'on a vu sur la fresque ! Tu n'as pas si tord en pensant qu'on n'est que des offrandes... on ramasse les prismarines à leur place parce qu'elles sont lumineuses et qu'ils ne peuvent pas les travailler, comme ça, ils pourront exaucer leur souhait auprès du créateur, puis, on nous offre en pâture au démon pour le réanimer. Hey ! Ça sonne tellement bien ! » Bill faisait une drôle de tête. Son histoire semblait si logique à l'entendre.
« Mais si ce sont des êtres malfaisants... alors on ne peut pas fuir. »
« Pourquoi pas? »
« Parce qu'ils feront du mal aux autres. Ils savent où nous trouver. Ils nous le feront payer. Pierre avait raison de s'inquiéter ! Nous ne sommes qu'une poignée à sacrifier pour sauver autrui. Mon dieu, Aze... on est peut-être témoin de quelque chose d'abominable, comme une fin du monde? » Azenet le regarda de travers. La peur se lisait dans le regard de son ami. Fronçant les sourcils, il ôta la couverture de son corps, s'apprêtant à se lever.
« Tu fais quoi là, jeune homme? Reste tranquille ! Tu n'as pas le droit de te lever ! » Ordonna Bill en essayant de le faire rallonger. Azenet le repoussa gentiment.
« Je ne vais pas rester assis à dormir pendant que c'est la fin du monde voyons ! »
« Bien sûr que si. Et ce, tant que Pierre n'aura pas dit le contraire mon cher ami. Tu es encore trop fragile Aze. La potion t'a guéri en partie, mais elle ne te redonnera pas tout le sang que tu as perdu. Tu dois te reposer et retrouver tes forces. Sinon tu ne nous servira à rien, tu comprends? Maintenant, je t'autorise à t'habiller si ça te dit, pendant que je vais prévenir Pierre, d'accord? C'est compris? » Conclu Bill en posant une pile de vêtements près de lui. « On est d'accord, monsieur Baptiste? »
L'utilisation du vrai prénom. L'arme la plus redoutable de tous les temps. Ce dernier se fit tout petit. « Oui. Promis. Je ne bouge pas. Mais rapporte moi à manger s'il te plait? »
« D'accord. Bien. Alors, à tout à l'heure et soit sage. » Finit Bill tout en posant sur la tête du blessé son casque audio remis à neuf. L'homme en blouse blanche ouvrit la porte et la referma derrière lui, se dirigeant ensuite vers le réfectoire.

*_*_*_*_*_*_*_*

Dans la salle de cantine, tout le monde était réuni autour d'Aypierre. Sans larmes cette fois-ci, sans faillir, le chef des Patricks avait expliqué les réelles raisons de leur voyage sur ces terres. Tous furent choqués au départ, puis compréhensifs, comme le furent Nems et Bboy la veille. Fukano sembla désolé. C'était un peu de sa faute s'ils étaient dans ce pétrin. C'est lui qui avait accueilli la jeune femme le premier jour.
« C'est pas de ta faute Fuka. Ce n'est la faute de personne. Maintenant, je vous pose la question à tous... qu'est-ce qu'on fait? Cette compétition n'est qu'une mascarade. Je ne sais pas ce qu'il se cache derrière, mais c'est sans doute très dangereux, et sans doute pas que pour nous. J'ai proposé de fuir l'île mais est-ce une bonne idée? » Expliqua le chef des Patricks à l'attention des autres.
« Pour aller où? » Demanda Harry.
« On est clairement au milieu de nulle part. Ça se trouve, on est dans l'antre des types responsables de la disparition d'aventuriers dans le monde? On va tous se faire bouffer. Mon dieu. » Stressa Souls en se cachant derrière la table.
« Fuir c'est une solution de lâche. » Avoua Zerator, lassé.
« C'est une solution pour rester en vie aussi? » Lui répondit Nems.

Un brouhaha commença à se créer. Chacun défendait ses idées avec férocité. Pierre réfléchissait, les doigts de ses mains croisés sur la table. Quel était le but de leur venue? Qui était derrière tout cela? Le chef des Patricks nota la présence de Bill dans le fond de la pièce et lui fit signe d'avancer vers eux. Le chercheur se faufila entre les disputes naissantes et s'assit aux côtés de Pierre. Fukano s'approcha à son tour, il voulait des nouvelles. Il s'assit à leur côté également.
« Azenet est réveillé. Il va mieux. Il était prêt à venir là, mais je l'ai cloué au lit ce délinquant. Non mais ! » Expliqua Bill, fier de lui.
« Tu as bien fait. Il t'a dit quelque chose d'autre? »
« Il m'a parlé de Mélodie. Elle serait apparue à lui sous forme de monstres et serait responsable de ce qui est arrivé. »
« Un monstre? » Hurla Fukano, ce qui amena à un silence de plomb dans la pièce. Tous avaient leurs yeux rivés sur le trio attablé. Pour la discrétion, c'était loupé ! Fuka lâcha un petit « désolé » timide alors que Pierre soupirait.
« Bill. Explique à tout le monde s'il te plait. »

Le chercheur se mit à parler à l'assemblée. Il évoqua ses propres recherches également. Comment il eût trouvé la légende sur le créateur : l'exauceur de vœux. Fukano avait entendu cette histoire de la bouche de Zerator qui lui-même l'avait rapporté de Bill. Le barbu posa sur la table les clichés de la fresque qu'ils avaient trouvé, Azenet et lui, la veille. Il désigna l'être suprême au-dessus de l'île. C'était le protecteur. Puis, il descendit son doigt sur la forme noire habitant les enfers. C'était le destructeur. Il expliqua ensuite que tous les mille ans, le protecteur s'éveillait pour accorder au peuple d'Elvylius un souhait. Puisque les textes n'étaient pas datés et vu les circonstances des derniers évènements, il en conclut que l'année en cours était la millième et que l'être suprême devait être réveillé sous peu.
« Donc la fille-monstre veut probablement le souhait. Mais quel est le rapport avec les prismarines qu'on se dispute depuis deux jours, je ne comprends pas? » Demanda Harry à l'attention du conteur.
« Les prismarines sont, selon moi, une sorte d'offrande. Ces pierres sont magiques. Elles contiennent une énergie mystique. Une énergie si puissante qu'elles attireront probablement la créature des rêves. »
« Donc pas de prismarines, pas de réveil de monstre. C'est aussi simple que ça ! Arrêtons d'en chercher et voilà ! » Conclu Bboy.
« J'ai bien peur que ce ne soit pas aussi simple. Elle est à la solde du maître du jeu, dont nous ignorons toujours l'identité et je pense que lui-même est au service de cette créature bannie. Donc, il doit y avoir une armée de monstres à sa solde. Donc un bon argument pour nous obliger à continuer les recherches. » Répondit Bill en soupirant.
« Ils n'ont qu'à les ramasser eux-mêmes? On n'est pas des chiens ! » Avoua Souls.
« Ils ne peuvent pas. Ils l'auraient fait sinon. Je pense que la pureté de ces cristaux est corrosive pour eux. Leur forme humaine ne les protège pas assez longtemps. »
« Pourquoi des épreuves et deux équipes dans ce cas-là? » Demanda Nems d'un air songeur. « C'est bizarre. C'était seulement pour nous attirer? »
« Je ne sais pas du tout, Nems. C'était une couverture pour nous amener ici sans doute. » Répondit le conteur.
« Moi je ne m'amuse plus du tout, on ferait mieux de rassembler nos affaires et de partir ! » Dit Zerator à l'attention de tous.
« Pour aller où? Tu n'écoutes pas. Ils vont nous poursuivre. Ils vont nous suivre jusqu'à notre domaine -dans l'hypothèse où on réussirait à rentrer bien entendu-, et ensuite quoi? Ils s'en prendront à nos amis, à nos familles, c'est ce que tu veux? Voir tes amis mourir? » Demanda Pierre en regardant le jeune homme.
« Non. Je ne veux pas. Mais alors quoi? On reste et on se bat? On récolte des prismarines et ensuite? »
« Ensuite, on explose la gueule des méchants et on pique le souhait du créateur ! » Coupa Bboy, un air agacé sur le visage. « Plus tôt on aura fini, plus tôt on sera rentré et on reprendra notre vie. »
« Mais ça implique donc de se battre encore? De faire semblant? » Demanda Fukano.
« Une équipe doit accéder au maître du jeu. C'était le deal du départ. Une fois ce but accompli, elle le détruira, lui et tous ses sbires. Ils vont nous mettre des bâtons dans les roues. Ils vont sans doute essayer de nous tuer en cours de route. Seuls les meilleurs accéderont peut-être au sommet de l'île. Malgré tout cela...je vous le demande sincèrement... qui souhaite continuer jusqu'au bout? Pour nous. Pour les autres. Pour notre monde. »

Aypierre leva ses yeux et regarda chacun des joueurs présents. Tous levèrent le bras pour donner leur accord. Le sort en était jeté. Ils continueraient la compétition jusqu'au bout, pour stopper les plans de ceux qui les manipulaient. La porte de la cantine fit alors un bruit, les sortant tous de leurs pensées. Pierre se leva d'un bond. Tous prirent un air mauvais au visage. L'intruse venait d'apparaitre, toujours son éternel sourire au visage. Elle tenait dans sa main droite une étrange boule de cristal.

« Je vois que notre petit manège n'a pas marché très longtemps. C'est un peu ma faute. J'ai été trop gourmande sans doute. Trop hâtive. Mais le maître m'a pardonné. Il est heureux d'entendre que vous vous battrez jusqu'au bout. Mais juste au cas où, très chers compétiteurs, j'aimerais que vous jetiez un œil à ceci. » Dit-elle en laissant la boule flotter jusqu'au centre des joueurs. Leur regard s'assombrit alors. Ce qu'ils virent les dégoûtèrent. Une cage. Une grande cage. Une cage contenant des personnes. Ils en reconnurent pour la plupart. C'étaient des amis à eux. Des Patricks. Des génies. Des membres du clan Gargarismod. Et bien d'autres encore. Tous enfermés dans cette cage. Aypierre ragea intérieurement.
« Laissez-les partir ! On a dit qu'on continuerait ! » Hurla t-il à l'attention de l'hôtesse.
« Les laisser partir? Oh non non non. Le maître ne veut pas. C'est une garantie, pour qu'aucun de vous ne tente de s'enfuir. Si l'un de vous s'enfuit, l'une de ces personnes sera exécuté. La plus proche de celui qui a tenté la fuite, bien entendu. Ensuite, mon maître vous dit ceci : « Continuez les épreuves, continuez de récolter les prismarines et rejoignez-moi au sommet. Si vous espérez vous accorder les faveurs du créateur, rêvez. Vous n'êtes que des pions sur mon échiquier. Je viens de prendre votre Roi. Vous êtes tous piégés sur cette île. Une barrière magique vous empêchera de partir. Essayez de me contrarier et voyez ce qu'il adviendra de vos proches... » » La boule de cristal venait d'exploser sous leur regard à tous. Un silence de plombs s'installa alors. Mélodie pencha la tête, souriant de plus belle.
« Nous vous attendons pour la prochaine épreuve dans ce cas. À très bientôt. » Elle disparut alors.

Une déprime générale s'était emparé des joueurs. Toutes les personnes prisonnières par leur faute, qui risquaient de mourir au moindre faux pas. Fukano avait les oreilles baissées. Dans la mêlée, il avait reconnu Seyhial, Skillnez, Ichisu et Wolf. Des amis proches. Sa deuxième famille après les Patricks. Il imagina les cris de peur du garçon panda. Les pauvres. Harry, Pierre, Bill et Souls avaient reconnu Nocxx, Shorty, Daweed ou encore As2ik, qui devait sans doute rager contre le chef. Newtiteuf lui avait cru apercevoir son ami Unsterblicher. Sans certitude. Pour Bboy, c'étaient Jiraya, Xari et Darkfuneral. Tant de monde à sauver. Aypierre et Fukano se regardèrent longuement, avant de rassembler leur équipe.
« On se voit au prochain concours, donc. »
« Faites attention à vous en attendant. »
« Vous aussi. »

Les équipes se séparèrent, chacune rejoignit son dortoir de prédilection. L'amusement n'était plus au rendez-vous. Ce n'était plus un paradis mais un enfer. La joie avait laissé place à la survie. En marchant vers le dortoir des bleus, Aypierre tourna la tête pour apercevoir la lune se coucher derrière les montages. Elle avait cette étrange lueur rouge et malfaisante. Rien de bon. Ils entraient dans le dortoir et Bill se mit à hurler : « AZENET ! »

Le concerné lâcha la feuille qu'il avait entre les mains, figé de terreur. Le chercheur vint à ses côtés pour lui donner une tape derrière la tête.
« Je t'ai demandé de ne pas sortir ! Tu es allé jusqu'à la boite-aux-lettres ! Ne mens pas ! »
« ...c'était à deux mètres de la porte, Bill. T'es sérieux là? Tu m'as fait peur ! Pierre ! Dis lui toi ! »

Aypierre ne fit que rouler des yeux en affichant un sourire sur ses lèvres. Aussi dures seraient les épreuves à venir, au moins, tant qu'ils restaient ensemble, il ne leur arriverait rien. Le plus vieux vint s'asseoir sur le lit d'Azenet pour le serrer dans ses bras.

« Tu m'as fait peur. Je suis heureux de te voir sur pied. »
« Oui. Je sais. Je t'ai écouté hier. Et à ce propos...même si tu perds quelqu'un, je veux que tu continues à vivre et à avancer. Ok? On est pas éternel. J'en ferais de même de mon côté. » Répondit le jeune en hochant la tête.
« J'ai compris. Aze, il y a une dernière chose que je voudrais te demander à propos d'hier. As-tu reconnu celui qui t'a sauvé? Enfin, s'il t'a sauvé... » Demanda Aypierre.
« Il m'a sauvé. Il a fait fuir le monstre. Mais non, je ne sais pas qui c'était. Sa voix me disait quelque chose... mais impossible de mettre un nom dessus. C'était peut-être un ancien combattant de KTP ou d'un autre évent auquel on a participé? »
« Qui que ce soit. Il est bloqué aussi. Mélodie ne semble pas être au courant de sa présence. Tâchons de la garder secrète. C'est rassurant d'avoir un allié qui semble connaître l'île. Il doit connaître le Nether aussi, s'il se promenait avec un alambic. D'ailleurs, je compte y faire un tour. Il faut qu'on trouve un maximum de verrues et de larmes de Ghast, ou à défaut, de l'or et du melon, pour nous faire un stock de potions de soins. »
« Ça tombe bien. » Expliqua Azenet en posant le parchemin sur le lit. Il annonçait la prochaine épreuve :

« Les portes des Enfers sont ouvertes.
Un coffre caché au fond d'une forteresse vous rapportera 500 prismarines.
Mais prenez garde. Un gardien veille. Dérobez-lui son trésor et il vous le fera regretter. »


Une épreuve dans le Nether. Pierre regarda son équipe lentement. Ils n'étaient pas équipés pour survivre là-bas. Le Patrick se leva et s'étira longuement.
« Bien. Les gars. On va faire une petite expédition de préparation au Nether. On doit tous être vêtu d'une armure d'ici ce soir. Alors je vous embauche tous aujourd'hui. » Sourit le chef des Patricks.
« Tous? Même Aze? » S'inquiéta Bill.
« Je préfère le savoir avec nous qu'ici tout seul. Et nous allons aussi prendre tout ce dont on a besoin. Je vous le dis, on ne reviendra pas ici. J'ai passé cet accord avec Fukano. Cet hôtel est rempli d'écouteurs et de caméras en tout genre. Nous allons déménager nos deux équipes. Nous, nous irons dans la grotte dont tu m'as parlé Bill. Les autres iront ailleurs. Nous serons ainsi plus cachés. Voilà à quoi va servir cette troisième journée mes amis. » Expliqua le chef de l'équipe alors que les autres acquiescèrent sagement d'un hochement de tête.

Deux jours et demi étaient passés depuis leur arrivée sur l'île. Il en restait encore cinq. Cinq jours pour déjouer les plans d'un maitre de jeu diabolique. Cinq jours pour rassembler les prismarines. Cinq jours de compétition. En sortiraient-ils tous indemne? Seul l'avenir le dirait.
Chapitre 5 : Quand la vérité éclate au grand jour.

Jour 2 achevé -
Équipe bleue : 500 prismarines.
Équipe rouge : 560 prismarines.


La jungle était des plus tranquilles à cette heure tardive. Les rayons du soleil avaient disparu pour laisser place à la Lune qui s'élevait au-dessus du volcan de l'île. La pluie fine s'abattait sur les terres. Les habitants nocturnes sortaient tranquillement, dans cet environnement calme et paisible. La tranquillité ne fût que de courte durée. Comme les secousses d'un tremblement de terre, le bruit des sabots se faisait entendre et les petites créatures s'écartaient du chemin emprunté par les trois cavaliers. Ils arpentaient les chemins montagneux à la recherche de la grotte où l'un des leurs avait peut-être péri. Aypierre était en tête du groupe, suivant les instructions de Bill qui était assis à l'arrière de sa monture. Mais plus les pas se faisaient, moins les idées de l'homme à la peau verte semblaient claires. Le chef des Patricks finit par arrêter son destrier et se tourna vers l'homme à qui la détresse semblait remplir les yeux. Bill baissa son regard. Ils étaient perdus. Il ne se rappelait plus du chemin emprunté avec Azenet quelques heures au-par-avant. Il lui avait pourtant promis de revenir avec les autres. Comment pouvait-il être aussi distrait? Il observa la jungle autour d'eux, cherchant un indice. Un tout petit indice qui lui donnerait cet éclat au fond des yeux. Aypierre comptait sur lui. Il ne pouvait pas le décevoir. Nems et Bboy patientaient avec angoisse non loin d'eux, attendant le geste de départ de la part du chef. La patience n'était pas leur fort, si bien que l'homme encapuchonné ne tarda pas à donner un stress de plus au pauvre Bill :
« C'était par où, Bill? Est-ce que tu sais au moins où on va? J'ai l'impression qu'on tourne en rond depuis dix minutes ! Elle est pas si grande cette île quand même? J'te rappelle juste qu'il y en a un qui n'a peut-être plus que quelques minutes à vivre à l'heure où on cause ! »
« Je le sais !! » S'énerva le barbu en regardant Bboy d'un air mauvais. « Tu crois que c'est si simple? J'ai été tellement bouleversé de l'abandonner déjà ! Je...Je n'ai pas pensé à baliser le chemin...et maintenant, je ne trouve plus la route... je... je ne suis qu'un boulet pour cette équipe... je ne sais pas me battre, je ne sais rien faire de plus que construire. J'ai insisté pour visiter cette partie de temple et la grotte derrière et c'est Azenet qui va en payer le prix, parce qu'il a été assez stupide pour me suivre dans ma folie. D'ailleurs, je ne comprends pas pourquoi tu as accepté que je vienne ici, Pierre, alors que tu avais de bien meilleurs hommes sous la main... »
« Gros, je disais ça comme ça, pas la peine de faire ta scène de suicide? » Soupira Bboy en fermant les yeux. « Désolé. C'est la tension. Et cette pluie commence à me soûler !! Et y a rien ici, ça m'étonnerait que ce soit par là ! » Mima le garçon aux cheveux noirs en agitant les bras.
« Non mais tu as raison Bboy. Je vous ai complètement perdu. Tu dois être déçu Pierre. Désolé. Je ferai mieux de descendre ici, en plus je ralentis ton cheval. » Répondit Bill d'un air triste alors qu'il commençait à descendre de cheval. Pierre lui lança un regard noir sans dire un mot. Mais le barbu comprit tout de suite. Il n'avait pas intérêt à continuer son geste sous peine de se faire frapper voir pire par le chef. Il resta donc sagement assit en regardant nerveusement à droite et à gauche, tandis que Pierre lui, observa les alentours. Un silence profond s'était installé. Un silence dérangeant même. Personne n'était à l'aise.

Le tonnerre se mit à gronder, comme pour briser ce moment. Bboy sursauta, son cheval se cabra et le fit tomber dans une flaque d'eau, avant de partir au galop. Frustré, le garçon se mit à le maudire. La bête était trop loin à présent. Il ne pouvait pas aller le chercher.
« Allez, puisque c'est toi, je veux bien te prêter une petite place de croupion. » Proposa Nems en souriant. Bboy avait le regard tourné vers des fourrés, n'écoutant guère les mots de son compagnon au masque. Un petit être blanc en sorti alors.
« Hey, mais c'est toi ! Les gars ! Y a le petit chien ! Hey... t'as pas un truc à Azenet? J'ai une idée de génie là ! » Demanda Bboy en s'approchant du destrier d'Aypierre. Bill sembla étonné aux premiers abords, puis compris en regardant le chien qui s'était assis là, juste sous leur nez. Fouillant dans sa sacoche, le Patrick sortit le casque bleuté appartenant au disparu et le donna à Bboy. Ce dernier s'agenouilla auprès du petit canidé, lui tendant le casque brisé d'une main.
« Mon grand, faut que tu nous aides. On doit retrouver quelqu'un. Tu peux nous aider? »
« Tu parles aux chiens toi? Depuis quand? » S'interrogea Nems en le regardant faire. « Il ne va pas te répondre, tu sais? »
Pour toute réponse, le chien se mit à aboyer. Il s'en alla alors en courant, s'arrêta, aboya et recommença à courir. Bboy tourna sa tête vers Nems, affichant un grand sourire de vainqueur. Aypierre ne perdit pas une seconde de plus et lança sa monture à la poursuite du petit chien blanc. Il ne savait pas s'il était un ennemi ou un allié. Mais dans la position où ils se trouvaient, ils n'avaient guère le choix. Ils devaient tout essayer. Le chef des Patricks avait un regard neutre. Toute émotion s'était volatilisée de ses yeux. Il se contenta de suivre. Nems le suivit. Le chien les entraînait alors dans la jungle dense.

*_*_*_*_*_*_*

Une flèche vola pour se planter dans la tête d'un squelette, le décomposant sur le sol rocheux. L'homme encapuchonné avançait d'un pas lent, un arc brandit dans toutes les directions possibles. Les monstres commençaient à apparaître en masse. La nuit accélérait le processus. Il portait Azenet sur son dos, attaché par une simple corde pour ne pas glisser. Ce dernier était inconscient. L'homme lui avait fait un bandage de fortune autour de sa jambe, ainsi qu'à sa tête. Ça ne le remettrait pas sur pied. Il pouvait encore mourir en cours de route. L'homme continua sa route vers la sortie de la grotte. Il décocha plus de flèches, atteignant creepers, zombies, squelettes. L'arc brillait d'une douce lueur violette, il était enchanté. Le châtain se mit à rire tout seul. L'ambiance était pesante, mais le parcours sembla l'amuser.
« Je vais être franc avec toi. Je n'ai plus que cinq flèches et il reste encore une bonne dizaine de mètres avant la sortie. Quand j'ai dit que je te sortirai de là, j'ai peut-être placé la barre un peu haut. Pourquoi diable vous êtes parti vous fourrez aussi loin? Et d'ailleurs, pourquoi vous êtes venus sur cette île maudite? Ah, j'aimerais bien demander à Aypierre, vu que toi de toute façon...tu ne me répondras pas. Oui, je parle tout seul. Tient. » L'homme s'arrêta derrière un rocher. Il entendit les cris d'agonie de plusieurs monstres. « On dirait que nous sommes sauvés, finalement. » Soupira t-il d'un doux sourire. Il continua son ascension jusqu'à la sortie de la grotte.

*_*_*_*_*_*_*

Nems et Bboy venaient de ranger leurs épées encore sanguinolentes. Bill était en retrait, à attacher les deux montures et Pierre lui, suivait du regard le petit chien qui aboya juste à l'entrée de la grotte. Le chef des Patricks se tourna vers Bill, qui acquiesça d'un mouvement de tête. C'était bien la bonne grotte. Pourtant, le réconfort ne s'emparait pas encore du cœur de Pierre. Il devait à présent entrer et constater de ses propres yeux s'ils avaient fait tout ce chemin pour rien ou non. Une silhouette se dessina alors à l'entrée de la cavité. Nems et Bboy semblaient rassurés, pensant que c'était Azenet. Pierre grimaça. Ça ne pouvait pas être lui. Tous furent surpris de voir alors l'étranger en cape noire. Son visage était dissimulé par la capuche et la lune à présent voilée, assombrit davantage la forêt. L'étranger ne montra aucune agressivité envers le groupe. Il rangea même l'arc qu'il avait dans les mains. Bill s'approcha de Pierre et des autres et vit enfin le pauvre blessé sur le dos de l'étranger. Son cœur se serra. Était-il en vie? Si oui, l'étranger était un sauveur. Si non, il était son bourreau.
« Vous en avez mis du temps à arriver ! Comme secours d'urgence, on fait mieux. » Se mit à rire l'homme mystérieux. Le petit chien vint s'asseoir à ses côtés. Il le regarda. « Tu étais là, toi. C'est pas bien de partir à l'improviste. » Il leva ensuite son regard vers Aypierre. « Et bien? Un soucis? »

Pour toute réponse, Aypierre dégaina une épée en diamant, qui se mit à brûler d'une aura enflammée. Ses compagnons furent choqués. Comment avait-il eu une pareille arme? D'où la sortait-il? Les flammes se reflétèrent dans les yeux bleutés du Patrick. Il n'afficha aucun sourire. Il fixa l'étranger pendant une longue minute avant d'ouvrir la bouche : « Lâche Azenet tout de suite. » Demanda t-il d'une voix calme. L'étranger sembla surpris. Il recula d'un pas. Son compagnon à quatre pattes se mit à grogner contre Aypierre. « Tu m'agresses là? » Répondit-il avant d'être coupé de nouveau, alors que Pierre avançait lentement vers lui : « Je t'ai demandé de le lâcher ! Tout de suite ! »
« T'as une drôle de façon de remercier ceux qui sauvent la vie de tes amis, franchement... »
« Qu'est-ce qu'il me prouve que ce n'est pas toi qui l'a mis dans cet état? On serait arrivé pile au bon moment. »
« T'es sérieux, là? Si j'avais voulu le tuer, je l'aurais fait en bas déjà. Ça m'aurait évité de remonter avec. Mais bon, je comprends tes inquiétudes. C'est normal. » L'étranger se baissa, détachant la corde autour de son ventre pour libérer le blessé qu'il allongea sur le sol avant de reculer doucement, retenant son canidé d'une main. Pierre continua d'avancer, il était à présent devant le corps d'Azenet. Il ne se pencha pas pour autant. Il gardait l'étranger en joug avec son épée. Bill ne se fit pas prier pour approcher lui et se jeta quasiment auprès du blessé qu'il prit dans ses bras. Il poussa un gros soupir de soulagement, toute sa tension disparut alors.
« Il est vivant... »
« Il ne le restera pas longtemps si vous ne repartez pas pour le soigner. » Coupa l'étranger en ajustant sa capuche. Pierre le fixait toujours de cet air froid. Il le dévisageait. Il ne vit que quelques mèches brunes, rien de plus. Pourtant, ce timbre de voix...il le connaissait. Mais d'où? Le Patrick sentit l'inquiétude l'envahir peu à peu, il secoua sa tête. Il devait rester focalisé.
« Votre voix ne m'est pas inconnue. On se connait, non? » Demanda t-il d'un ton ferme.
« Peut-être. Peut-être pas. Peut-être qu'on se connaissait dans une autre vie? » Répondit l'étranger d'un petit sourire non visible.
« Alors dites-moi qui vous êtes. » Retenta le Patrick en fronçant les sourcils. L'étranger resta silencieux. Ce silence agaçait le brun. Il eût tellement envie de lui foncer dessus pour le plaquer au sol avec son épée, mais la voix brisée de Bill lui fit vite oublier cette idée.
« Pierre! Il faut qu'on rentre ! Vite ! Il est brûlant et ses plaies se remettent à saigner ! »
Aypierre se tourna vers l'homme barbu. Le sang coulait sur les vêtements autrefois blancs d'Azenet, sans cesse. Son visage était couvert de sueur et sa respiration était bruyante. Les réponses attendraient. Il ne pouvait pas se permettre de faire attendre son ami plus longtemps. Se tournant de nouveau vers l'étranger, le Patrick eut la mauvaise surprise de voir qu'il avait disparu. Il était parti. Sans bruit. Sans un mot. Il n'avait même pas attendu un remerciement. Pourquoi? Pour garder son identité secrète? Tant de questions se bousculait dans sa tête.
« Nems, aide moi. » Commanda Aypierre alors qu'il remonta à cheval. Il tendit les bras, attendant qu'on lui donne le blessé. « Bill, tu rentres avec eux. Je pars devant. »
L'homme à la peau verte n'eut autre choix que de donner son accord. Il aurait voulu venir pour l'aider pour les soins. Mais Pierre semblait déterminé à faire cavalier seul. Pourquoi donc? Il se douta de la réponse, mais la garda pour lui-même. Nems et Bboy aidèrent Pierre à installer le blessé contre lui, l'attachant même pour qu'il n'y ai aucune chute. Ils regardèrent ensuite le chef partir au galop, reprenant le même chemin que l'aller.
« Qu'est ce qu'il a, Pierrux? Il a l'air grave tendu. » S'interrogea l'homme au masque.
« Il s'est fermé. » Expliqua Bill.
« Fermé? Comment ça, gros? » Demanda Bboy.
« Maintenant que tu le dis, il a l'air de s'en foutre... il était obnubilé par le gars là...bien glauque celui-là d'ailleurs ! » Continua Nems en regardant où se trouvait autrefois le sauveur.
« Il ne s'en fiche pas. Crois-moi. Il est mort d'inquiétude. Il fait tout pour ne rien laisser paraître, mais à mon avis...une fois qu'il sera seul...il éclatera. » Soupira Bill.
« ...bah go alors. Faut qu'on soit là pour le consoler ! On attend quoi là? Qu'on se change en flaque? Marre de la pluie, je pars sans vous ! » Commença Bboy en allant vers le cheval restant. Un cheval qui devrait supporter trois cavaliers pour le retour d'ailleurs. Pauvre bête.

*_*_*_*_*_*_*_*

Certains faisaient les cent pas sur la plage. Fukano tournait en rond, les mains derrière le dos. Souls et Harry l'imitaient, dans un autre sens. Zerator était perché sur une rambarde de bois, des jumelles sur les yeux. Newtiteuf poussa la porte de l'hôtel pour les rejoindre. Il semblait perplexe.
« Les mecs, j'ai trouvé personne pour nous aider. C'est comme s'ils avaient tous disparu. C'est...bizarre. Y a jamais personne là-dedans. Pourtant, il devrait y avoir des employés nuit et jour, non? La fille non plus je ne l'ai pas trouvé. Il n'y avait personne à sa cabane. Par contre, il y a le parchemin pour l'épreuve de demain... mais ça c'est pareil, on ne voit jamais personne l'apporter. »
« De toute façon on s'en fiche de l'épreuve ! Dire que pendant qu'on gambadait tranquillement avec nos chevaux, Aze était en train de vivre un calvaire ! Ça me dégoûte... » Dit Harry, finissant de tourner en rond pour s'asseoir sur le sable, les mains sur son crâne chauve. « Je m'attends à voir Pierre arriver avec les autres...et...qu'ils nous annoncent une mauvaise nouvelle... »
« Arrête, tu me donnes le cafard. » Soupira Soulstealer en s'asseyant au côté de son ami. « Faut pas penser comme ça ! Je...J'suis sûr que tout va bien ! Pas vrai, Fuka? Dit-lui que tout va bien ! »

Le concerné s'arrêta de marcher à son tour. L'inquiétude se lisait dans son regard braisé. Il espérait de tout son cœur donner raison à Souls. Il secoua sa tête, voulant chasser toutes les mauvaises pensées. Il finit par afficher un petit sourire à l'attention de tous.
« Je suis sûr que ça va. Aze est solide. Pierre va le retrouver. Et tout continuera comme avant. Faut pas qu'on s'en fasse comme ça, d'accord? Une équipe minée, c'est une équipe perdue. »
« Tu suggères qu'on aille se coucher? » Demanda NT en penchant la tête.
« J'ai pas dis ça. Je dis juste qu'on doit se tenir prêt à aider s'il le faut. Donc si on est stressé, on sera moins efficaces. Souls, toi qui a toujours de bonnes blagues, tu ne veux pas...? » Demanda le mi-Arcanin.
« Heuh, non, ça ne vient pas. Désolé. »
« Souls, je peux te demander un truc délicat? » Demanda Newtiteuf en s'approchant du Patrick.
« Ça dépend ce que c'est? Si c'est un truc sexuel, non. Et si c'est pour de l'argent, c'est non aussi. » Soupira l'homme à la tête d'ananas.
« T'es vraiment un fruit? »
« Pardon? »
« Est-ce que tu as vraiment une tête composée de fruit? » Le blanc dura quelques minutes. Harry et Zerator s'échangèrent un regard, hésitant à rire. Newtiteuf semblait tellement sérieux en posant sa question. Souls s'en décrochait la mâchoire. Il finit par se reprendre et regarda le dresseur de Pokémon.
« ….c'est un masque, abruti. Tu crois que c'est possible de créer un hybride entre un humain et un fruit? Bon, moi j'y ai cru. Mais ce n'était pas vrai. Du coup, j'ai fais un masque. Voilà. Et non, je ne l'enlèverais pas. Même eux n'ont jamais vu ma tête. » Expliqua-t-il en pointant tour à tour les membres de son équipe. NT afficha un sourire satisfait. Mine de rien, ça les avait occupés pendant quelques instants.
« Après tu sais...si ça avait été le cas, je ne t'aurais pas jugé... je connais bien une brioche parlante, Fuka est à demi Pokémon...ça aurait été possible ! » Continua Newtiteuf, toujours le sourire aux lèvres.
« Moi je suis à moitié Slime ! » Coupa Harry en se désignant.
« Exactement ! En fait, même si t'es pas un ananas et bien...on est tous unis, comme une belle salade de fruits. Voilà. »
« D'accord? Tu ne veux pas aller dormir? T'as l'air éreinté. Sérieusement. » Proposa Soulstealer en venant tapoter le dos du dresseur de Pokémon. Il n'eut guère le temps de répondre, puisque Zerator leur hurla à tous qu'il venait de voir Aypierre arriver à cheval. La minute de rire prit fin. Ils allaient enfin savoir ce qui s'était passé. Fukano n'hésita pas à braver la pluie pour s'approcher du cavalier qui venait de s'arrêter devant l'hôtel.
« Pierre ! Tu l'as trouvé? Il va comment? Il est vivant? Hein? »

Pour toute réponse, le Patrick ne lança qu'un simple regard au demi-Pokémon. Portant Azenet comme une princesse qu'on venait de sauver de son donjon, il se dirigea vers la porte sans dire un seul mot. Fukano le regarda faire, ne comprenant pas sa réaction.
« On ne peut pas t'aider? » Se risqua-t-il à l'attention d'Aypierre. Ce dernier ne répondit pas. Il n'accorda pas plus de mots à ceux se trouvant près de la porte. Zerator la lui ouvrit tout de même et le regarda passer tel un fantôme hantant ces lieux. Une fois la porte refermée, les questions fuselèrent dans le groupe. Harry calma les ardeurs de tous, en se mettant au milieu du groupe. Fukano eut une mine triste. On l'avait ignoré.
« Qu'est-ce que j'ai dit de mal? Je voulais seulement l'aider. Pauvre Azenet...il avait l'air dans un sale état... »
« Pierre est dans son petit monde là. Mais attends qu'il soit seul. Il va éclater en sanglots, voir pire. Je l'ai déjà vu faire. Il n'a pas envie de montrer de faiblesse, c'est tout. C'est le chef. Le responsable. S'il se montre faible, il sait que ça en pâtira encore plus sur le moral des autres. Donc il garde tout pour lui. Mais moi qui le côtoie depuis des années...j'ai appris à sentir ces choses-là. » Expliqua l'homme-slime en retirant les lunettes de ses yeux.
« Il va le soigner tout seul? Je ne remets pas en doute les talents d'Aypierre mais là...c'est d'un médecin dont il a besoin Azenet. Et des médecins, y en a pas ici. Ou s'il y en a, j'en ai pas trouvé. » Soupira NT en essorant sa casquette détrempée par la pluie.
« Aucune idée. Mais même si tu frappais à sa porte toute la nuit, il ne t'ouvrirait jamais. Faisons-lui confiance. On a plus que ça à faire. » La réponse d'Harry ne convenait pas à Fukano. Mais que pouvait-il faire de plus si on ne le laissait pas faire? Rien. Zerator vit alors les trois autres membres de l'équipe bleue qui arrivaient sur le même cheval. Légèrement épuisé l'équidé. Au moins, tout le monde était rentré à temps pour la nuit. Il se faisait tard. Tous décidèrent de dormir. La nuit portant conseil. Bboy, Nems et Bill décidèrent eux de laisser Pierre tranquille et se dirigèrent tout d'abord vers les douches pour se relaxer après cette soirée passée sous la pluie.

*_*_*_*_*_*_*_*

Le Patrick sortit de son sac une petite sacoche faite en feuilles de bananier. À l'intérieur, se trouvaient un flacon abritant une étrange pustule rose, ainsi qu'un autre flacon, contenant un liquide blanchâtre. Il y avait aussi un alambic. Cette sacoche, il l'avait ramassé à l'endroit même où l'étranger se tenait. C'était donc lui qui lui avait laissé. Il nota une petite feuille entre les deux flacons et la lut en silence : « Je ne te demande pas de me faire confiance. Je ne suis pas votre ennemi. Comme vous, je suis coincé ici. Et crois-moi, ce que vous avez vécu n'est encore rien. Ils se jouent de nous. Peut-être que tu as été forcé de venir? Je te comprends. Je ferai tout pour vous aider en cachette. N'aie juste pas peur de moi. Tôt ou tard, je vous révélerais mon identité. Ce n'est pas l'envie qui me manque. Mais on me croit mort, tu sais? Voici une verrue du Nether ainsi qu'une larme de Ghast. Je ne vais pas t'apprendre à t'en servir, pas vrai? Brûle cette lettre après sa lecture, s'il te plait. Je ne veux pas t'attirer plus d'ennuis. Et ne perds pas espoir, il y a bel et bien un moyen de s'échapper de cette île. » Le Patrick regarda longuement la lettre avant de faire comme demander dans cette dernière. Il la jeta dans les flammes de la cheminée et la regarda brûler.

Il se dirigea ensuite vers la petite salle de bain et prit une trousse de soins, que Bill avait laissé là exprès. Il retourna près du lit d'Azenet où ce dernier était allongé. Il devait nettoyer ses blessures avant de faire quoi que ce soit. Le brun avait un teint pâle. Il avait perdu beaucoup de sang. Pierre se hâta de déchirer les vêtements de son ami pour atteindre plus facilement les plaies. Plaies qu'il désinfecta avec de l'alcool, avant de les bander une à une. Il n'était pas docteur. Il ne pouvait savoir si son ami avait des os cassés. Et pour réparer cela, il comptait sur la potion de régénération qui était en train de distiller dans l'alambic posé sur la commode. Alors qu'il entourait la jambe d'une nouvelle bandelette, le Patrick laissa couler une larme, puis deux, puis trois... il continua de nettoyer, tout en versant toutes les larmes de son corps. Il avait eu tellement peur. Toute sa peur, toute sa tristesse, toute sa colère, il les avait contenu jusqu'ici, sans dire un mot à personne. Et à présent, il craquait. Ce n'était que la première phase. Il avait tant à dire. Tant à demander aussi. Comment était-il tombé? Bill lui avait expliqué qu'un Creeper lui avait probablement explosé à la figure et que ça l'avait poussé dans le vide.  Comment avait-il survécu dans ce cas? Le Patrick n'avait pas laissé le temps à l'étranger de s'expliquer plus correctement. Au départ, il l'eut pris pour un ennemi. Grossière erreur. Son inquiétude l'avait aveuglé. Et la voix... cette voix lui parlait. Les deux se connaissaient, c'était une certitude. Pierre regarda son compagnon dormir. Il avait terminé de bander les blessures. Le garçon grimaça en voyant dans quel état il avait mit les vêtements d'Azenet. Fichu pour fichu, il décida de tout arracher pour lui passer un peignoir propre deux fois trop grand pour lui, mais au moins ça ferait l'affaire. Il le porta ensuite à son lit pour l'y allonger. Ajustant la couverture, il déposa une petite serviette froide sur son front pour faire baisser la fièvre. Il le quitta ensuite pour aller nettoyer sa « table d'opération » improvisée.

Tout en nettoyant, il se remit à réfléchir sur l'identité du sauveur. Lui aussi était piégé depuis un bon moment apparemment. Il fouilla sa mémoire, cherchant des proches ou des connaissances ayant disparus récemment. Il n'en trouva aucun. Des rumeurs par contre. Les fameuses rumeurs évoquées par Nocxx le jour de son départ. Des aventuriers disparaissant aux quatre coins de la planète et dont les corps ne furent jamais retrouvés. Peut-être qu'il en faisait partie? Il devait le retrouver pour le lui demander. Ce serait chose facile selon la lettre, puisqu'il les surveillait apparemment. Une fois les draps et les vieux vêtements jetés, le sol nettoyé, Aypierre revint auprès du blessé. Il s'assit sur une chaise en bois, à ses côtés et attendit. L'attente durerai probablement toute la nuit. Il regarda de temps en temps la porte du dortoir. Aucune trace des autres. Il soupira. Le chef des Patricks se sentit stupide. Il les avait tous repoussé. Tous. Fukano. Bill. Harry. Tous ceux qui avaient eu l'envie d'aider...

*_*_*_*_*_*_*_*

Dans le réfectoire, les trois amis de l'équipe bleus prirent un repas léger. L'envie de manger n'y était pas. Même Nems, d'habitude très glouton, n'avait presque rien avalé. Les conversations tournèrent autour de Pierre et d'Azenet. Bboy se rappelait également de l'inconnu à la cape. Lui et son chien. Le génie essaya de se rappeler où il avait entendu cette voix. Il le connaissait. Mais d'où? À Bill ou à Nems, cela ne leur disait absolument rien. Bill regarda nerveusement l'entrée du réfectoire. Il ne cessait de gigoter sur son siège. Il voulait retourner au dortoir. Bboy remarqua sa nervosité. Il décida de le lancer sur un autre sujet pour le calmer.
« Vous avez trouvé des trucs au fait? »
« Hum? » Demanda le scientifique en tournant la tête vers le génie. « Oh. Oui. Un peu de fer, de l'or et quelques vivres en plus. On a tout caché dans une petite grotte. Oui, celle-ci je l'ai noté dans mon carnet. Ça nous fera une petite base. Elle n'est pas loin du volcan. Les aller-retour entre le Nether et ici seront moins longs comme ça. »
« C'est super ça gros ! » Le félicita le génie. « Ça nous avance bien ! »
« Tu parles. J'aurais pu être plus utile que ça. En sauvant Azenet par exemple. »
« Recommence par s'teuplé. Écoute, je ne te connais pas plus que ça. Mais t'as l'air d'un type vachement sympa, qui se donne du mal pour nous aider. Toi tu penses que tu sers à rien, mais moi j'vois plus que ça gros ! Tous ces trucs intellectuels là, c'est pas moi qui les ferait, crois moi ! T'es peut-être pas physique comme mec, mais c'est pas grave? Faut de tout dans une équipe ! Aze il est pas super physique non plus. Bah avec Nems, on est là pour contre-balancer, tu piges? »
« ...Bboy... » Dire qu'au début, il le prenait pour un magouilleur de première qui se fichait des autres, alors qu'en réalité...c'était un cœur en or. Nems se mit à rire. « Bon, moi j'en ai marre d'attendre. Si Pierre veut pas nous ouvrir, on défonce la porte. Toi Bib', tu lui sautes dessus pour le maitriser. Et s'il y a des chiens dressés pour tuer dans la mêlée et bien...je n'oublierai pas ton sacrifice. Voilà. »
« C'est pas un peu extrême, Nems? » Se risqua Bill.
« Pas du tout, à la guerre comme à la guerre mon gars ! On y va ! » L'homme au masque se leva et prit les deux autres par le col pour les trainer derrière lui. Ces derniers se plaignirent qu'ils pouvaient marcher, mais il s'en contrefichait. Il continua de les trainer, de la cafétéria au dortoir, en passant devant celui des rouges. Les plaintes finirent par attirer les foudres de quelqu'un...
« Vous allez pas la fermer? Y a des gens honnêtes qui essayent de dormir ! » S'écria Zerator depuis son lit.
Nems vint frapper contre la porte en représailles : « T'es en train de rêver, abruti ! »
« OK ! D'ACCORD ! » Répondit l'autre avant de se rendormir. Le silence revint alors. Bill et Bboy en profitèrent pour se relever et fusiller le brun du regard, bras croisés, pied tapotant le sol. Le fautif leva les bras avec innocence alors que ses compagnons le poussèrent pour le faire avancer, sans ajouter un seul mot.

Devant la porte de leur dortoir, Bill se demanda s'ils devaient frapper. Après tout, c'était leur chambre? Bboy colla son oreille à la porte et s'en sépara rapidement. Il regarda ses deux amis et leur chuchota doucement : « Les gars. Collez vous là-dessus. Mais chut. Ok? »
« Pourquoi on entre pas? » Demanda Nems.
« Parce que. Écoute. » Coupa le génie en se recollant l'oreille sur la porte.

A l'intérieur, Aypierre parlait. Il parlait seul. Il se parlait. Il avait les mains jointes sur le lit d'Azenet, son regard était posé sur ses doigts. Ses yeux étaient rouges de fatigue. Plus une seule goutte d'eau dans son être ne pouvait se transformer en larmes à présent. La fatigue se lisait sur son visage. Il repensa à cette journée, puis au début de son aventure. Il soupira.
« Qu'est-ce qu'il m'a pris, Aze? Hein? Aujourd'hui, toi. Hier, Zerator. Qui sera la prochaine victime? Je sais qu'on prend souvent des risques lorsqu'on part à l'aventure....mais là, je t'avoue que je ne sais pas où on va. Cette compétition masque quelque chose, je le sais. Quelque chose de grand. Quelque chose de dangereux. Mais en même temps...je me sens coupable. Tu sais quoi, Aze? J'ai tellement envie d'entendre As2pik me faire la morale. J'ai tellement envie de le voir et qu'il me mette un pain pour mes conneries, pour ne pas l'avoir écouté !! D'être parti comme ça, sans même en parler à la moitié des nôtres...
Mais en même temps, qu'est-ce que je pouvais faire d'autre? Sous les menaces...réelles ou non...je ne sais pas...Je ne sais plus. Si j'en avais parlé aux autres, ils auraient sans doute refusé de venir. Et après quoi? On aurait été attaqué. Mais d'un autre côté...on aurait pu repousser cette menace tous ensemble, sur notre terrain... mais non ! J'ai choisi de venir sur cette île maudite. C'était ça leur but : nous séparer des autres. Car il n'y a pas que les Patricks, il y a toute une communauté avec nous. Ils n'auraient eu aucune chance. J'ai été si con bordel ! »
Il venait de frapper contre le bois du lit. Il grogna de douleur, sentant que l'adrénaline ne l'avait pas protégé. Il se tint le poignet pendant de longues minutes. Il ne pleurait pas. Il n'arrivait plus à pleurer. Pourtant, sa tristesse était réelle. Sa détresse était si grande. Il finit par prendre la main de son ami, lassé.
« Et par-dessus tout. J'ai menti à tout le monde. À mon équipe, à celle de Fukano. Je leur ai tous menti de A à Z. Cette île censée être paradisiaque n'est qu'un enfer. J'ai presque envie de tout laisser tomber. Je veux vous sauver. Il faut que je trouve un moyen de partir. Le bateau d'hier...il y en a un qui flotte encore. Si ça se trouve... on pourrait l'emprunter pour s'échapper. Même si je ne sais pas où on est. J'aimerais tant entendre ta voix, Aze... j'ai tellement besoin de toi... tu n'imagines même pas à quel point j'ai eu peur, quand j'ai vu Bill arriver sans toi, j'ai imaginé le pire... je t'ai cru mort. Je ne sais pas ce que j'aurais fait si ça avait été le cas. Je pense que...mon monde se serait arrêté. Si je perdais un seul membre de ma famille...ce serait terrible. Je ne préfère pas y penser. »

Il sentit la main de son ami remuer sous la sienne. Relevant les yeux vers ce dernier, il croisa son regard châtain et endormi. Il eût envie de sourire, mais il n'y parvint pas. Azenet le regarda longuement. Il sembla avoir envie de dire quelque chose, mais aucun son ne sortit de sa gorge. Pierre baissa les yeux et continua son monologue : « Je sais. Je ne devrais pas me plaindre. Tu vas me dire que ce n'est pas de ma faute, que je ne pouvais pas prévoir. Mais il faut qu'on se tire d'ici. Et vite. Je ne sais pas pourquoi, j'ai un mauvais pressentiment. Aussi, j'aimerais bien savoir ce qu'il t'est arrivé. Est-ce que c'était un accident? Ou cette fille était impliquée? Parce que si c'est le cas... je dois le dire aux autres. Si je continue à mentir, je vais devenir dingue, ça ne me ressemble pas. Bill a l'air soupçonneux par exemple. Et je suis sûr qu'il t'a cuisiné aussi... vous étiez tous les deux, tout le long de la journée. Mais j'ai peur de leur réaction. »
« ...Aymeric !!! » Coupa le blessé en soupirant avec difficulté.
« Oui, Aze? » Quand il l'appelait par son vrai prénom, c'était sans doute grave.
«  ….j'ai soif? ... »
« ….excuse-moi. Je ne suis qu'un abruti. » Le Patrick se leva en planquant une main sur sa figure. Il était trop occupé à se lamenter sur sa misérable existence qu'il n'avait même pas remarqué la difficulté dans laquelle se trouvait le blessé. Il se dirigea vers la commode et regarda l'alambic qu'il avait complètement oublié. Heureusement, la potion n'était pas brûlée. Il la prit ainsi qu'une bouteille d'eau et retourna au chevet d'Azenet. Ce dernier sembla surpris de voir une fiole dans les mains d'Aypierre. Où avait-il pêché une potion de régénération en sachant que le Nether était fermé? Pierre sourit doucement.
« C'est l'autre type qui me l'a donné. Tu te souviens de lui? Désolé. Je te harcèle de questions. On verra ça demain. D'accord? Il faut que tu boives ça, même si ce n'est pas très bon, je te l'accorde. » Le deuxième Patrick se laissa couler dans son lit, il n'arriverait pas à se redresser de toute façon. Pierre vint le faire boire comme il le pouvait. Azenet grimaça en sentant la potion dans sa gorge. Quel goût infâme ! Il faudrait penser à aromatiser les potions. Heureusement, le verre d'eau qui suivit fit vite passer le goût immonde. Il se sentit un peu mieux, les douleurs au niveau de ses jambes et de ses bras disparurent rapidement. Mais la fatigue demeurait. La fièvre également. Sa tête était lourde. Il sentit un brin de fraicheur sur son front. Pierre venait de changer le torchon humidifié. Azenet se laissa entrainer dans un sommeil profond. Pierre avait raison. Les réponses, il les donnerait plus tard. De toute façon, le chef des Patricks avait tapé dans le mille : ce n'était pas un accident. Quant à fuir l'île...quelle bonne idée.

Pierre regarda son ami s'endormir et soupira de soulagement. Mais il sursauta en entendant la poignée de la porte bouger dans son dos et se tourna pour tomber nez à nez avec Bboy, Nems et Bill. Tous les trois avaient cet air furieux au visage. Ils étaient derrière la porte depuis un bon bout de temps et avaient tout entendu. Pierre sentit le stress monter en flèche. Il baissa les yeux et se leva, s'approchant d'eux comme un enfant qui attendait la punition de sa mère.
« ...Les gars... » Commença-t-il avant d'être coupé par Bboy.
« Ok ! Je ne sais pas ce qui fait le plus mal dans cette histoire : que tu nous ne fasses pas confiance et que tu nous mens depuis le départ, ou le fait que tu préfères nous amener ici dans le secret, pour nous jeter dans la gueule du lion parce que sois disant tu aurais eu des menaces? Te fatigues pas à me répondre ! Moi je te soutiendrais toujours, gros ! Tu me l'aurais dit dès le départ, y aurait pas eu d'embrouilles ! J'aurais même appelé les potos pour lui casser la gueule à ce maître du jeu de mes deux ! » S'emportait le génie en agitant les bras tel un chimpanzé.
« Ce qu'il veut dire avec ses mots à lui en fait...c'est...pourquoi Pierre? Pourquoi? » Demanda Nems en croisant ses bras au niveau de son torse. « T'as bien mit Azenet au courant et pas nous? Pourquoi? »
« J'ai fait l'erreur de le mettre au courant et regardes le résultat, Nems ! Regarde ! Je ne voulais pas que ça arrive... Je ne voulais pas... je croyais avoir choisi l'option la plus sécure, mais j'ai eu tord ! Oui, je suis un gros connard qui ne mérite pas votre amitié, ni le commandement de cette équipe ou des Patricks dans la totalité et tout ce que je mériterais maintenant, c'est que vous me tourniez le dos...qu'est-ce que j'aurais dû faire selon vous? Elle a menacé de faire sauter Fukano. C'était du bidon, mais ça je ne l'ai su qu'après ! C'était trop tard ! L'engrenage était déjà lancé...j'avais tellement peur qu'ils fassent sauter le manoir ou ne vous enlève les uns après les autres pour vous tuer. J'ai eu peur ! Voilà ! Clairement ! J'ai eu peur parce que je vous aime ! » Le chef des Patricks se laissa tomber assis par terre contre le lit d'Azenet. Il cacha son visage meurtri par les larmes qui coulaient à flot au creux de ses mains. Tout le monde allait le détester en sachant la vérité. Bill vint s'asseoir à ses côtés et le prit dans ses bras pour le réconforter.
« Tu n'as pas à porter ce fardeau tout seul, Aypierre. On est tous là pour t'aider. On est tous dans la même galère. Et maintenant que j'ai les explications, je suis désolé, mais je ne vois pas où tu es fautif dans l'histoire? Certes, tu as menti. Mais c'était pour nous protéger et pas seulement nous. En nous embarquant, tu as certainement sauvé la vie de Nocxx, d'As2pik, de Shorty et de tous les autres Patricks ainsi que nos amis et les amis de nos amis? S'il te plait, Pierre, regardes moi. Tu te rappelles de mes lamentations de tout à l'heure? Je ne peux pas refaire le regard que tu m'as lancé, mais je vais te l'expliquer : si tu continues à broyer du noir comme ça, personne ne s'en sortira. Maintenant, tu vas te relever. On va tous dormir. Et demain matin, tu expliqueras tout ça à Harry, Fukano, Newtiteuf, Zerator et Souls ! Compris? »
« Bill... »
« Je ne veux plus entendre un seul mot négatif sortir de ta bouche ! Sinon, je leur demande à eux de te frapper ! » Dit-il en pointant tour à tour Nems et Bboy. Les deux s'échangèrent un regard avant de venir s'asseoir auprès de leurs amis.
« Mec, tu sais que je ne te laisserais jamais tomber? Mais maintenant, plus de mensonges ! On la joue réglo ! Pas d'entourloupes ! » Dit Nems en tapotant l'épaule d'Aypierre.
« Si t'essayes encore de me la faire à l'envers, je viendrais te soulever à l'alsacienne gros ! Promis ! Mais sinon, oui, désolé de m'être un peu emporté. Mais plus j'écoutais là derrière, plus j'avais envie de te casser la gueule. Pas parce que t'as menti...parce que tu te rabaisses alors que t'avais pas de raison de le faire? La prochaine fois, on en parle autour d'un café, ok? »
Devant le regard intense que lui lançaient ses trois amis, Pierre sécha ses larmes et essaya de leur sourire. Bboy grimaça. C'était pas trop ça.
« Ok. Va dormir gros. Tu ressembles à ma mère et c'est pas beau à voir. »
« Mais...si Azenet a besoin de quelque chose? »
« On va se relayer à son chevet alors. Je commencerais. Puis je réveillerais Nems et ensuite Bboy...si ça peut te rassurer? »
« Merci Bill. Merci les gars. Je...Je suis vraiment désolé. »
« Ta bouche, Pierre. Plus de mots négatifs on a dit. Au lit ! Tout de suite ! » S'énerva l'homme en blouse tout en pointant son lit du doigt. Pierre se releva et alla se coucher. Les larmes s'étaient stoppés. Il sentit une certaine sérénité l'envahir, comme si l'enclume qui était au-dessus de sa tête depuis deux jours, venait de se briser à tout jamais.
[Partie 2 - Chapitre 4]

*_*_*_*_*_*_*

La course avait débuté. Trois participants de chaque équipe s'étaient élancés sur le sable chaud de la plage d'Elvylius. Par soucis d'équité, Fukano avait proposé de brider son équipe pour laisser une chance à celle de Pierre. Zerator et Souls étaient donc sur le côté à encourager leurs amis. Pas de course de mules cette fois-ci, ce n'était que partie remise. Du coté de la course, Fukano était clairement en tête, et distançait la plupart des participants. Il était suivit par Aypierre, lui même suivit par Harry et NT. Les deux derniers étant Nems et Bboy. Ils faisaient de leur mieux. Galoper dans le sable en évitant des obstacles n'avait clairement rien à voir avec les courses dans les plaines. Nems finit par tomber d'ailleurs, atterrissant dans une flaque d'eau de mer remplie d'algues brunes. Bboy tourna sa tête pour le voir tomber, ce dernier agita quelques algues : « Vas-y mon vieux, gagne pour moi ! Go Go Go ! »
Il allait bien, c'était le principal. Bboy parla à l'oreille de son cheval, peut-être que ça marcherait? Il avait vu ça dans un film.
« Écoute frérobigno, si tu veux pas finir en lasagne t'as intérêt à bouger ton croupion ! » Menaça t-il en tirant sur la crinière de la pauvre monture. Étonnamment, cela semblait fonctionner. Le cheval gagna en vitesse et rattrapa les montures de NT et Harry. Bboy regardait les flammes ardentes qui couvraient le corps de Ponyta. Comment NT faisait-il pour rester assis là-dessus? Ça devait brûler horriblement. Le dresseur de Pokémon sourit au génie.
« Un Ponyta ne brûlera jamais son maître ! »
« Mec, t'es pas son maître, tu l'as ramassé dans la forêt ton truc ! Déconnes pas ! » Rétorqua Bboy.
« T'es jaloux le génie? » Répondit Harry, de l'autre côté de Bboy. Il était encerclé le génie. Pas moyen d'avancer avec les deux qui lui bloquaient la route devant. Ils gagnaient du temps pour Fukano sans doute.
« C'est pas que vous me soûlez, mais j'en ai marre de mater vos croupions ! » Le génie prit fermement les brides et fit ralentir son cheval pour emprunter une autre route, plus en hauteur. Newtiteuf le regarda faire. Bon débarras.  Il se perdrait tout seul.

Harry regarda devant lui. Aypierre et Fukano se disputaient la première place. La ligne d'arrivée n'était qu'à quelques mètres.
« Ne rêve pas Pierre, tu ne peux pas me battre à ce jeu-là ! » Sourit Fukano, adorant leur compétition.
« Il y a une première fois à tout mon cher Fuka. Je serai honoré de prendre ton siège. »
« Ce ne sera pas pour cette fois, Pierre. » Fukano tenait fermement les brides de sa monture et l'incita à rentrer en collision avec celle de Pierre.
« Oh, mec ! C'est que t'es hargneux en plus? C'est pas sympa ça! » Répondit Pierre avant de l'imiter. Les deux chevaux étaient collés l'un à l'autre, rien ne semblait pouvoir les séparer avant la ligne d'arrivée...exceptée une chose...
« Taiauuuuuuuuuuu ! » Hurla Bboy. Son cheval arriva par-dessus, sautant de la digue de rochers qui longeait le parcours d'équitation. Il venait de les doubler avec ce magnifique saut et franchit la ligne d'arrivée. « Alors, c'est qui le patron? Hein? C'est qui le patron? C'est Lasagne ! Ouaih ! » Se vantait le génie au loin.

Fukano et Aypierre stoppèrent leur monture net. Tous deux avaient un regard ébahis. Bboy venait de les doubler et de remporter la course. Comme ça, sans pression. Fukano se frotta les yeux pour être certain de ne pas rêver. Ils avaient les yeux ronds. Bboy, le mec qui ne savait pas monter, venait de mettre une raclée aux deux meilleurs cavaliers de l'équipe « Patrick ».
Newtiteuf et les autres arrivèrent à leur tour et furent tout aussi surpris.
« Le grand Fukano a pris une raclée par un novice ! Oyé ! Oyé ! » Hurla Zerator pour embêter son ami.
« Fuka? Ça va ? » Demanda Harry en remarquant l'état second du mi-Pokémon.
« Alors là...J'en reviens pas. » Souffla le canidé.
« Moi non plus, je te rassure. » Seconda Aypierre avant d'éclater de rire. Il partit féliciter son poulain. Il avait très bien joué. « Bravo Bboy ! T'es un vrai génie ! C'est vrai que la piste n'avait pas de limite...c'était un coup de maître d'utiliser la digue pour nous doubler. »
« T'as vu ça? Y en a là-dedans ! » Sourit le génie. « Bon, à moi les prismarines ! » Le brun alla récupérer le coffre contenant les précieuses pierres bleutées qui trônait sur un pilier près de l'arrivée. Il revint à son équipe, tout sourire.
« Mec, t'as tellement assuré ! » Félicita Nems.
« Bboy? »

Le concerné se tourna pour voir Fukano devant lui, qui lui offrait sa patte pour la serrer.
« C'était super bien joué... j'espère que tu m'accorderas une revanche, un de ces quatre? Hein? »
« T'as intérêt à t'accrocher le slip mon lou-loup ! Je serai encore meilleur ! » Répondit le génie en lui serrant la patte. « Mais ouaih, avec plaisir ! »

La course se termina dans la bonne humeur. Il y avait des gagnants et des perdants. Tous avaient le sourire. Mais les rires se turent. Les sourires s'effacèrent. Les regards s'assombrirent d'un seul coup. Bill arrivait en courant vers eux. Il semblait au bord de l'évanouissement, couvert de boue et de feuilles. Sa tunique était déchirée par endroit, indices d'éventuelles chutes pendant sa course. Il sauta à bout de souffle dans les bras de Pierre qui vinrent le réceptionner.
« Mon dieu, Bill ! Qu'est ce qu'il t'arrive? Qu'est ce qu'il se passe? » Demanda Aypierre d'un ton affolé. Jamais il n'avait vu le barbu se presser comme ça. Il nota autre chose. « Où est Aze? »
« Pierre....Pierre...suis...suis...désolé...je...j'ai été ...aussi vite....pouvait... » Souffla péniblement l'homme vert.
« Calme-toi et explique-moi ! Respires ! » Encouragea le leader en massant le dos de son ami.
« C'est Aze...il...il est tombé dans une faille...je...je suis désolé...j'aurais dû l'aider...je...j'ai préféré venir...je ne sais pas ce qu'il m'a pris...je...je l'ai abandonné là-bas...pardon Pierre...!!! » Expliqua d'un ton affolé l'homme. Aypierre eut un regard étrange. Entre la panique, la tristesse et la compréhension.
« Non Bill. Tu as bien fait. Tu as très bien fait ! Nems, Bboy ! Venez !! » Lança t-il avant de sauter sur le dos de son cheval. Il invita alors Bill à monter derrière lui, alors que les deux autres l'imitaient. Tenant fermement les brides et les claquant pour le faire galoper, le Patrick s'apprêtait à lancer son cheval dans une course folle.
« Pierre ! On peut t'aider?? » Tenta Fukano, mais trop tardivement. L'équipe bleue venait de partir au triple galop.
« ...On...ne va pas les aider? » S'affola Harry. « Aze est mon ami aussi, bordel ! S'il ...S'il est...il peut pas hein? »
« Fukano? » Zerator essaya de ramener son ami à la réalité. L'horreur se dessinait dans les yeux du canidé. Il ne pouvait pas bouger, comme si une épée de damoclès trônait au-dessus de sa tête. Ils restèrent bêtement sur la plage, attendant une réaction ou une autre.
« Moi je propose d'aller à l'hôtel pour signaler la disparition déjà ! » Dit NT en s'y dirigeant. Ce n'était qu'un début. Ce n'était qu'une idée. Mais ce fût le seul à réagir.

*_*_*_*_*_*_*

Il faisait sombre au fond de la crevasse. Le corps d'Azenet était là, couché sur le sol froid et rocheux. Un seau d'eau renversé trainait à ses côtés. Le liquide ruisselait sous son être, se mélangeant au rouge du sang qui s'écoulait par endroit, notamment à sa tête et à sa jambe droite. Le garçon se mit à gémir puis à tousser. Il était vivant. Vivant mais incapable de bouger. La chute avait été terrible, mais elle aurait été mortelle si le Patrick n'avait pas eu le réflexe de sortir son seau d'eau. Il entrouvrit ses yeux marron. Il ne vit rien. Juste l'obscurité qui régnait en ces lieux. Il n'entendit rien non plus. Il sentit les larmes monter à ses yeux, la douleur était insupportable, mais la solitude l'était encore plus. Il eut tellement envie d'entendre ses amis. Mais rien. Pas une voix. Il attendit, ne pouvant rien faire de plus. Rassemblant toutes ses forces, il réussit à se mettre sur le dos, lâchant un grognement de douleur. Il parvint à plier sa jambe en grimaçant, au moins elle n'était pas cassée. Il se sentait tellement faible. La peur de croiser un monstre le gagna alors. Il entendit un son. Ou plutôt une voix.

Quelque chose marchait en sa direction. Cette chose s'arrêta devant lui, le regardant. C'était elle. Mélodie. Elle se tenait debout devant le Patrick. Elle se mit à sourire, avant de baisser à son niveau.
« Vous devez souffrir non? Je pensais que le Creeper réussirait à vous tuer sur le coup. J'ai été trop sûre de moi. Vous êtes plus coriace que prévu. Ne vous avais-je pas dis de ne plus vous mêler de ce qu'il ne vous regarde pas? Vous méritez votre sort. »
« De...de..quoi...parles-tu....? » Souffla péniblement le blessé.
« Je croyais avoir condamné cette ancienne entrée de temple. Je suis sans doute fautive. Oh, tant pis. De toute façon, plus personne n'entrera ici. Je vois déjà la tête de vos amis quand je vais annoncer votre décès. Ahlalala. Une terrible chute. Un Creeper sauvage. Le tout naturellement. »
« Pierre...ne...le...croira...jamais... » Sourit faiblement Azenet, ayant une parfaite confiance en son ami. Il poussa un petit cri en sentant la main de la jeune fille autour de sa gorge.
« Il me croira. Je fais ce que je veux avec lui. Et vous...vous allez disparaître d'un instant à l'autre. »

Azenet sentit alors les ongles de la jeune femme s'enfoncer dans sa gorge. Il ferma les yeux sous la douleur, en ouvrit un pour la regarder. Sa vision devenue horreur. Ce n'était plus du tout la même jeune fille innocente qui les avait accueillit plus tôt, non...C'était un monstre hideux. Une sorte de femme monstrueuse, avec des crocs, des ailes de chauve-souris et des griffes. La vision était floue, mais ce fût tout ce qu'il put voir. Le monstre ramena sa main au niveau de sa bouche, une langue fourchue vint lécher le sang qui coulait sur les ongles. Elle avait un regard satisfait. Azenet tâta le sol près de lui. Son épée n'était pas là. Il était fichu.
« Vous semblez délicieux en tout cas. Adieu, cher Azenet. » Elle leva son bras dans le but de lui déchiqueter la poitrine d'un seul coup...

Quand quelque chose la repoussa en arrière, la faisant tomber sur le dos. Elle se redressa bien vite et grogna. « QUI OSE? »
Pour toute réponse, elle vit un autre individu. Il était vêtu d'une cape noire qui couvrait l'intégralité de son corps. Ce dernier sortit alors un étrange miroir, qui brilla de mille éclats. La femme monstre se cacha le visage en hurlant de terreur. « Non ! Pas la lumière ! Raaaah ! » Elle prit alors la fuite, s'envolant grâce à ses immenses ailes noires. L'inconnu la regarda remonter jusqu'à un trou en hauteur. Elle venait de disparaître de son champ de vision. Il rangea alors le miroir sous sa cape et s'agenouilla près d'Azenet qui avait une respiration lente et bruyante. L'étranger posa une main sur sa joue et constata les nombreuses blessures sur le corps du jeune homme.
« On dirait que je suis arrivé à temps. Elle est partie. Ne meurt pas s'il te plait, je m'en voudrais, tu sais? Allez courage, je vais t'aider. Restes avec moi, Azenet. »
Le Patrick ne reconnut pas la voix de l'étranger. Il avait du mal à rester éveiller d'ailleurs. Ses yeux se fermèrent tous seul. Mais avant de sombrer dans les ténèbres, il put apercevoir à la lueur d'une torche que l'inconnu venait d'allumer, une touffe brune dépasser de sa capuche, ainsi que deux beaux yeux bleus.
Chapitre 4 : Le cheval, le cheval, c'est trop génial !



<Tableau d'affichage.>
Équipe bleue : 0 prismarines.
Équipe rouge : 500 prismarines.


« Qu'est ce qu'elle a voulu dire? »
« Je ne sais pas, arrêtes de poser cette question. Arrêtes de poser des questions. Arrêtes tout court! »
« Je n'arrêterais que quand tu m'auras répondu ! Aypierre ! »

Aypierre se faisait submerger par les questions de son ami Patrick. Il tournait autour de lui tel un rapace. Harry les suivait non loin derrière, il marchait tranquillement les bras derrière la nuque. Pierre finit par prendre les épaules d'Azenet pour l'arrêter.

« Stop ! Tu me donnes mal à la tête. » Soupira le pauvre chef des Patricks.
« Tu n'as qu'à me répondre? Pourquoi tu es parti parler avec cette fille? Hein? »
« Parce que...parce que... on a évoqué l'accident avec Zera... je voulais être sûr que ça ne se reproduise pas? Tu comprends? »
« Tu mens tellement mal, c'est dingue. » Soupira Azenet avant de continuer sa route. Il se fit rattraper par le col et Pierre l'amena l'oreille de son ami à son visage.
«  Tu sais de quoi il retourne. Je ne vais pas te dire des trucs que tu sais déjà, abruti ! Et je n'ai pas envie qu'il t'arrive malheurs parce qu'on nous a entendu parler de tu-sais-quoi. » Grogna presque le brun.
« T'es trop chou de penser à ma sécurité ! <3 » Sourit le concerné. Aypierre finit par le lâcher. Harry regarda la scène d'un drôle d'air. Il avait hâte de retrouver son équipe. Leur comportement était moins suspect.


Aypierre, Harry et Azenet allèrent aux sources chaudes où tous les attendaient avec impatience. Harry abandonna les deux autres, rejoignant son équipe dans le bassin de gauche. Ils semblaient tous raplapla. Souls se plaignait de la chaleur. Newtiteuf n'avait que les jambes dans l'eau. Et Fukano...
« J'ai faim. » Grogna t-il en poussant un soupir.
« Mec, ne me regarde pas comme ça quand tu dis ça !  Ça me fait flipper. » Répondit le pauvre homme-ananas.
« Je ne vais pas te manger Souls. »
« Il préfère la chair fraiche... ce soir...il va venir rôder autour de Newtiteuf... et....demain....il ne sera plus là ! Hahaha ! » Rit Harry en se déshabillant non loin d'eux.
« Mon dieu que c'est drôle. Je ne vais pas m'en remettre. » Soupira Newtiteuf d'une voix peu joyeuse.
« Je détends l'atmosphère. Tu n'as pas amené Zerator, Fuka? » Demanda Harry en entrant dans le bassin à son tour, après s'être mis en caleçon de bain. La chaleur de l'eau était des plus agréables.
« Il dort. Je l'ai laissé à l'hôtel. J'ai pas osé le réveiller. » Répondit le canidé, en posant sa tête sur une roche chaude. « Mais je pense qu'il adorerait ça. Une petite pensée pour lui s'il vous plait. »
« Où est le champagne? Faut qu'on fête notre victoire ! » S'enthousiasma Souls.
« Tu veux déjà te bourrer la gueule? Ça promet. Attends d'être à l'hôtel au moins ! » Soupira Newtiteuf en imaginant sa future nuit blanche.

Trop de détente dans ce bassin. L'autre était moins animé. Bill lisait tranquillement un livre, allongé sur les rochers du bord du bassin. Bboy et Nems étaient dans l'eau eux et en pleine discussion, discussion qui se stoppa net à l'arrivée des deux Patricks manquants. Les deux casse-cou s'échangèrent un regard entendu, et le garçon aux cheveux noirs prit la parole : « Pierre. Tu peux venir s'il te plait? »
Le plus âgé se donna quelques secondes pour se mettre en maillot de bain et les rejoindre. Une fois devant eux, Bboy le regarda sérieusement, faisant toucher les doigts de ses deux mains.
« Mec, faut que tu nous expliques un truc. Avec Nems, on a constaté que tu nous cachais des trucs en fait. » Expliqua calmement le garçon aux cheveux noirs. Pierre se sentit mal à l'aise. Ils l'avaient percé à jour? Azenet écoutait la conversation, non loin d'eux, restant près de Bill.
« Moi? Je cache des trucs? Tu délires mon pauvre Bboy... » Dit Aypierre d'un ton nerveux.
« Tatatata, pas à moi, monsieur Aypierre. Tu peux rouler les autres dans le nutella si tu veux, mais pas moi ! J'ai un flair pour ça monsieur! »
On ne disait pas plutôt « rouler dans la farine »? Bboy avait ses propres expressions.
« Avoue...tu as laissé gagné l'autre équipe pour faire ton gentleman ! » Conclu Bboy en souriant d'un air mauvais. Quoi? C'était tout? Pierre tourna les yeux vers un Azenet qui venait de plaquer une main sur sa figure. La bêtise de Bboy était légendaire.
« Mince...tu es vraiment trop fort...bravo mec...tu m'as dévoilé au grand jour...super détective... » Répondit Pierre d'un air amusé.
« La tête de « oim » tu ne refais plus jamais ça, gros ! On est là pour gagner ! Ok? »
« Oui monsieur Bboy. Je vous le promets. » Rassura le génie de la redstone.
« Bon, maintenant on peut passer au rafraichissement ! » Proposa Nems en sortant quelques bières d'un seau rempli de glaçons.

Et pendant qu'ils commençaient à faire la fête, Bill ne détachait pas son regard du livre qu'il avait entre les mains. Cela ne l'empêcha pas de parler avec Azenet.
« Et si on parlait de ce que tu nous caches, toi aussi? »
« Je ne cache rien? » Répondit Azenet d'un air surpris.
« Que tu ne veuilles pas le partager, soit. Mais réfléchit-y quand même. Ça peut avoir des conséquences plus tard, tu le comprends? »
« Comment tu fais pour être comme ça? T'es jamais avec nous, mais tu sais tout? Et quand on a une conversation avec quelqu'un, on le regarde au moins ! »
« Tu ne me regardes pas non plus, parce que tu sais que ton regard va te trahir. Pas vrai? » Répondit l'homme barbu en fixant le visage de son ami sereinement.
« Bill... » Commença le plus jeune.
« Du moment que tu ne fais pas de bêtises... je m'en fiche en fait. Ok? » Sourit amicalement le barbu avant de reprendre sa lecture.
« Ok. »

Le plus jeune se contenta de rester assis au bord de l'eau, en silence. Lorsqu'une canette le heurta à la tête. Le lancer n'avait pas été brutal, mais ça le sortit de ses songes. Bboy lui faisait de grands signes depuis le bassin. Le hic c'était qu'il ne voulait pas y aller. Il avait assez vu d'eau pour la journée. Il finit par se lever et par partir, prétextant qu'il était fatigué et qu'il voulait se coucher.
« Ahlalala, encore un adversaire qui fuit devant le Grand Bboy. Une victoire facile. » Constata le lanceur en mettant ses bras derrière sa nuque.
« Tu veux un adversaire à ta taille? » Demanda Aypierre. Il afficha un sourire aux lèvres des plus inquiétants. Il avait sans doute une idée derrière la tête.
« C'est qui?  Toi? Ne me fais pas rire s'il te plait, j'ai des gerçures aux lèvres. »
« Non ce n'est pas moi. Il est juste là-bas. Derrière ce buisson. » Pointa Aypierre avec son index.
« Tu veux m'attirer dans un piège, frérobigno? »
« Allez Bib, te fais pas prier. » Encouragea Nems.
« Ok ok ok, mais s'il m'arrive un truc dégueulasse, je lègue ma BMW à Fufu. Vous n'aurez rien du tout, bande de rats ! »

Bboy sortit du bassin et alla vers le fameux buisson. Il entendit un jappement. Il écarta avec délicatesse les feuilles et tomba nez à nez avec un petit chiot. Un petit chiot de couleur blanche, à la queue recourbée, qui le regarda avec ses grands yeux bleus. Bboy se sentit défaillir. Cette vision était trop mignonne. Il se tourna vers Aypierre l'air de rien.
« Y a rien du tout ici. » Mentit le génie.
« Menteur, je l'ai entendu en passant. Allez, sort-le de là. » Rit Aypierre.
« Qu'est-ce qu'il a trouvé? » Demanda Bill en s'approchant lui aussi de leur position.
« Le truc le plus mignon de la terre~ » Dit Nems en explosant de rire.

Ce fût ainsi que Bboy revint avec son petit chiot dans les bras. Les trois autres pouffaient de rire. Le génie était si mignon avec sa peluche entre les mains.

« ...Je peux le garder? Hein? Dit? » Avoua Bboy, puisqu'il venait de perdre toute sa crédibilité.
« S'il n'est à personne, je ne suis pas contre. Après tout, tu fais ce que tu veux? » Sourit Aypierre.
« Ça sera la mascotte de l'équipe ! Avec ça, on ne peut pas perdre. » Expliqua Nems.
« C'est pas un « ça » c'est un garçon d'abord, montre ton respect devant le génie ! »
« Comment tu sais? »
« …. »
« Il y a des mystères qui doivent le rester, si vous voulez mon avis...et si on rentrait? » Coupa Bill, ne voulant pas de la réponse de Bboy.
« Il a raison. On va rentrer à l'hôtel. » Continua Aypierre avant d'entendre des rires venant d'à côté. L'autre équipe les espionnait, et tous se moquèrent de Bboy.
« Vous êtes juste des gros jaloux ! Surtout Fukano ! Parce qu'il est vieux et moche, LUI ! » Bboy tira la langue aux adversaires, alors que Fukano faisait les yeux ronds, perché sur le mur de bois qui séparait les bassins.
« De quoi? Je ne suis ni vieux ni moche ! Tu veux tester? » Grogna le demi-Pokémon, des flammes venaient à sa gueule. Harry et NT vinrent la lui fermer rapidement, ils firent reculer l'animal et tous descendirent de leur perchoir. On entendait des râlements. Mais la bête apaisée finit par s'en aller avec son équipe.
Bboy n'eut pas le temps d'en dire plus que son précieux petit compagnon à quatre pattes se sauva. Il le regarda partir d'un air triste. Allait-il le revoir? Il l'aimait bien. Tous rentraient à l'hôtel pour une nuit de repos bien méritée.

*_*_*_*_*_*_*

La seconde nuit fût plus longue que la précédente. Personne n'avait enfreint le règlement cette fois-ci. Pas de boissons alcoolisées non plus. Tout le monde ou presque dormait encore. Bboy était en train de dormir dans le lit de Pierre. Pourquoi donc? La raison était très simple : à sauter comme un demeuré sur son lit, il finit par le casser, tout simplement. Ne voulant pas le faire dormir à même le sol, Aypierre avait gentiment accepté de l'héberger... après avoir perdu à la courte-paille. Nems fût le premier réveillé. Il remarqua le génie et le Patrick ensemble et s'approcha pour prendre une photo avec son smart-phone. Il aurait des arguments de choc en cas de problèmes. L'homme au masque remarqua ensuite l'absence d'Azenet et de Bill. Peut-être étaient-ils parti déjeuner sans eux? Sentant la faim lui-aussi, l'homme s'approcha du lit des deux endormis et tapa un bon coup dedans.
« Debout les mariés ! » Hurla Nems.

Les deux sursautèrent et se retrouvèrent dans les bras l'un de l'autre. Nems éclata de rire en voyant cela.
« Les mecs...Je sais que vous vous adorez, mais quand même... »
« Non mais gros, je ne sais absolument pas de quoi tu parles... c'est...heuh...C'est....enfin tu vois ! » Expliqua Bboy d'un air confus.
« Ouaih ouaih, levez-vous vite, j'ai les crocs, moi ! Et avec les gloutons d'en face, y aura plus rien à becter ! » Les pressa l'homme masqué.
« C'est bon, on se lève... » Bailla Aypierre en lâchant le génie. « Et Nems...ça reste entre nous. Ok? Je ne plaisante pas ! »
« Oui oui monsieur Pierrux. » Sourit le concerné en rangeant son téléphone.

Nems et Pierre regardèrent un génie en train de dissimuler une peluche en forme de chien sous sa couverture. Le garçon aux cheveux noirs se figea et se redressa, rouge et mort de honte. Les deux autres éclatèrent de rire.
« On ne dévoilera pas ton secret, Bib' ! Oh et on va checker le panneau des épreuves en passant. Où sont Aze et Bill au fait? »
« Pas ici en tout cas. Ils étaient déjà absents quand je me suis levé. » Répondit Nems en rangeant quelques affaires qui trainaient.
« L'équipe qui commence déjà à se séparer, j'adore. » Constata Bboy. « On y va alors? »
« Oui. On s'habille et on y va. » Conclu Aypierre en se dirigeant vers un lavabo pour faire un brin de toilette.


Dans la bibliothèque de l'hôtel se trouvaient les deux membres manquants des bleus. Azenet posa un livre sur une pile qui faisait bien sa taille. Il se mit à bailler et s'étira, avant de s'affaler sur la table de lecture pour espérer dormir un peu plus. Bill sourit en le voyant faire.
« Si j'avais su que lire t'épuiserais autant Aze, j'aurais proposé à quelqu'un d'autre...? »
« Tu voulais me parler seul à seul, non? Ça m'étonnerait que tu me traines exprès dans une bibliothèque pour t'aider à lire. » Répondit le brun, la tête au creux de ses bras.
« Je voulais juste te montrer les secrets de cette île? Regardes-ça. C'est une vieille carte, mais elle montre des endroits cachés. Ce serait de bonnes idées de bases secondaires? Pour cacher les prismarines par exemple ou notre stuff? Il y a aussi un portail vers les Enfers. Il est caché au sein du volcan. »
« Qui voudrais aller aux Enfers? »
« Pierre. Pour faire des potions. J'en mettrais ma main à couper. »
« Des potions pour blesser nos amis donc. Tu ne trouves pas ça malsain? » Grogna le plus jeune en relevant la tête vers Bill.
« Ce n'est pas la première fois qu'on s'affronte en équipe et qu'on utilise des potions. Il suffit d'y mettre une limite à ne pas franchir? Et je pensais plutôt à des potions d'invisibilité ou de respiration pour aller chercher les prismarines sous l'eau. Tu ne m'écoutes pas du tout. » Dit Bill en posant une main sur la table d'Azenet qui semblait en proie à la réflexion.
« Hier soir, j'ai vu quelqu'un rôder autour de l'hôtel. Au début, j'ai pensé que c'était Zerator. Mais en fait non. Il était encapuchonné dans une espèce de cape noire. J'ai juste eu le temps de cligner les yeux qu'il était déjà hors de ma vue. C'était louche. » Expliqua le brun en regardant son interlocuteur.
« Un employé de l'hôtel? Enfin je dis ça mais...je n'en ai pas vu le moindre depuis notre arrivée. Azenet, je sens qu'il y a quelque chose de louche avec cette île. Le fait qu'il y ai autant de légendes dessus par exemple. Et ce concours est un peu tiré par les cheveux... j'ai l'impression qu'on a contraint Pierre à faire cette aventure. »

Azenet se sentit mal à l'aise. Il avait juré de garder le secret de Pierre. Mais Bill était si proche du but. Qui devait-il continuer de soutenir? Le jeune triturait ses doigts nerveusement. Il regarda à droite, puis à gauche avant de regarder son ami au teint vert.

« On ne doit pas se poser de questions je crois. Tu peux le faire pour moi? » Demanda t-il d'un ton neutre.
« Bien sûr. N'empêche que ça me tracasse... mais j'ai confiance en Pierre, il ne nous mettrait pas en danger sans raison. » Bill ramassa quelques feuilles de recherches qu'il glissa dans sa veste blanche. Il regarda ensuite le Patrick en face de lui. « Allez, j'ai assez entendu ton ventre gargouiller. On va rejoindre les autres? »
« Oui. » Accepta le brun.

*_*_*_*_*_*_*

Le réfectoire était des plus animés ce matin-là. Toute l'équipe rouge était d'hors et déjà en train de déjeuner, pendant que Zerator faisait des pitreries sur une table. Il semblait en grande forme. Souls l'encourageait en lui jetant des fleurs à chacune de ses vannes. Fukano essaya de brider un peu la folie de son ami, il ne devait pas trop se dépenser, il le croyait encore trop fragile. Mais le voir avec une telle motivation mettait du baume au cœur du demi-canidé. Il sourit. Il devait se détendre. Même Newtiteuf d'habitude si renfermé se sentait à l'aise.
« Allez Fukano ! Viens sur la table ! Faut que tu montres ton nouveau maillot de bain ! » Hurla Zerator à l'attention de son ami.
« T'es un taré. Je tenais à ce que tu le saches si tu te noies encore aujourd'hui. » Soupira Fukano d'un air amusé.
« Merci je fais de mon mieux ! Mais je risque pas de me noyer ! Au pire, je vais chuter, rouler, dévaler une pente, et finir dans la lave peut-être ! » Imagina le brun aux yeux marrons.
Harry sortit de sa poche le petit parchemin qu'ils avaient reçu dans leur boite aux lettres. Il le déplia sur la table, où tous vinrent se renseigner.

« Aujourd'hui vous avez quartier libre pour visiter l'île et piller ses ressources. Les Enfers resteront néanmoins clos pour le moment. Veillez aussi à vous procurer un cheval dans la journée, pour une grande course hippique avec à la clé 500 prismarines. La course est programmée à 17h et se déroulera sur la plage sud de l'île. Bonne journée, chers participants.
Signé le MDJ. »

« Une course hippique? » S'étonna Fukano. « Avec des chevals ! Nice !» Il avait cette lueur de victoire dans les yeux. Fukano était de loin le meilleur cavalier du groupe.
« On ne dit pas des chevaux plutôt? » Se risqua Newtiteuf qui avait relevé la faute d'orthographe.
« Laisse, c'est un délire qu'ils ont avec Azenet. » Répondit Souls en mangeant sa tartine.
« J'imagine que plus on trouvera de chevaux plus il y aura de chance de gagner la course... mais chaque chose en son temps... il faut explorer l'île donc. On se sépare ou on reste groupé? » Se demanda Harry.
« On pourrait se séparer en deux équipes oui. L'une cherchera des chevals et l'autre cherchera des planques, des ressources, des prismarines à fond !? » Proposa Fukano en regardant l'assemblée.
« Ouaih, c'est une bonne idée ! Et si on croise des bleus? » Demanda Zerator.
« Vu qu'on est même pas armé... on ne fait rien? On est pas ici pour s'entre-tuer de toute façon ! Au pire, piquez leurs ressources s'ils en ont et de toute façon, Zera...tu restes avec moi ! Tu me colles ! Je ne veux plus que tu te barres faire le con en mettant ta vie en danger, c'est clair? » Menaça le chef du groupe en couchant ses oreilles.
« Tout ce que tu voudras, mi amor. » Répondit le brun en enfonçant un biscuit en forme d'os dans la bouche de son ami. Les autres émirent un petit rire. Fukano ne fit que manger ce qu'il avait en bouche, en silence et en regardant ailleurs.

Côté bleu, ils en étaient encore à la lecture du parchemin, devant la porte de leur dortoir. Aypierre, Bboy et Nems se regardèrent. Une course hippique.
« Quelqu'un sait monter à cheval ici? Pas moi en tout cas. » Expliqua Bboy, s'en fichant complètement des chevaux.
« Moi je sais. Mais je ne suis pas un super cavalier non plus. » Répondit Aypierre en roulant le parchemin.
« Je sais monter dessus, mais pour conduire c'est une autre histoire. Ils vont nous lapider sur ce coup-là les mecs. » Ajouta Nems.
« Il va falloir mettre le paquet côté exploration donc. Mais d'un autre côté, si on ne participe pas, oui, ce sera une victoire facile pour eux. Franchement, à part Fukano j'ai personne à craindre. Harry sait monter, comme la plupart des Patricks d'ailleurs, mais il conduit tellement mal que ça finit souvent par un accident. Zerator je ne sais pas. Newtiteuf...ça existe un Pokémon cheval vous croyez? Il doit bien y en avoir oui. Et Souls... ahem. Voilà. Sans commentaires. »
« À ce point-là? » Ricana Nems en pensant à l'homme ananas.
« Il en a peur je crois. Pourtant, je lui ai expliqué que les chevaux ne mangeaient pas d'ananas. Héhé. »
« Et nos deux compagnons à nous? Tu sais? Ceux qui ont déserté ce matin et qu'on a jamais revu depuis... ça me casse les dents ça...tu parles d'une équipe ! »
« Ils savent monter mais bon... de toute façon, on prendra le maximum de chevaux pour avoir le plus de chance. Et toi Bboy, je vais t'apprendre! »
« M'apprendre? »
« À monter? »
« Perds-pas ton temps avec moi, frérot. »
« T'as les foies? »
« J'ai quoi? Répètes? »
« Pas la peine, je pense que tu as compris. » Sourit Aypierre en commençant à partir. Bboy vint se poster devant lui pour le menacer.
« J'ai pas peur du tout ! D'ailleurs, j'vais te le prouver ! J'vais le monter ton cheval ! Il galopera tellement vite que tu m'verras pas sur six cent mètres ! »
« Tant que ça? Ow. Ça promet ! »
« Regardez qui nous revient enfin ? » Coupa Nems en pointant Bill et Azenet qui venaient à leur rencontre.
« Où étiez-vous? » Demanda Aypierre à leur attention.
« On a juste fait un petit tour à la bibliothèque en vous attendant. C'est l'épreuve d'aujourd'hui? » Questionna l'homme barbu en montrant du doigt le parchemin dans la main d'Aypierre.
« Oui. Une course de chevaux et de l'exploration libre. D'ailleurs... ça vous dit d'explorer l'île à deux? Je dois entrainer ces deux là à l'équitation parce que...c'est bas...très bas. Et... parce qu'il faut un minimum de sérieux dans la recherche d'une base, si vous voyez ce que je veux dire? » Expliqua Aypierre.
« Ça tombe à pic ! Je me suis documenté sur l'île...Je pense avoir de bons coins de cachettes. On pourra y cacher nos ressources ou en trouver. »
« Aze? Ça te va?» Demanda le chef des Patricks en regardant le jeune brun.
« Oui oui, ça me va. On part tout de suite après? »
« Oui. On va déjeuner déjà. Go ! »

*_*_*_*_*_*_*

Après le petit-déjeuner qui dura une éternité pour certains, les deux équipes s'étaient séparées afin d'explorer l'île. Chez les rouges, Fukano, Zerator et Newtiteuf étaient partis à la recherche d'équidés à dompter. Ils avaient pour cela des pommes d'or, des laisses, des selles et même des armures. Ces derniers étaient offerts par le maître du jeu. L'autre équipe en bénéficiait également. Pour les explorateurs, il y avait une carte de l'île, quelques crayons et une boussole. Ils prirent soin de prendre des vivres, de l'eau et un kit de premiers secours au-cas-où. Chez les rouges, les explorateurs étaient Harry et Soulstealer. Après avoir fait les marioles sur le bateau, ils devaient prouver qu'ils étaient utiles à l'équipe. Harry déplia sa carte sur un rocher et tous deux l'observèrent pendant de longues minutes. L'homme à la peau verte pointa le volcan.

« Il y a une rivière qui entoure le volcan. Il y a sûrement des cavités. Qui dit « cavité » dit « trucs cool » dedans, non? »
« Ça dit aussi « Danger, monstres à gogo » puisqu'il fait super sombre. »
« On trouvera du charbon pour se faire des torches en chemin. Allez, on est les explorateurs du nouveau monde ! En avant, fier compagnon ! »

Fukano les regarda partir de leur côté. Il espérait que tout se passerait bien. Le canidé regarda l'amas de selles et d'armures sous ses yeux. Comment transporter le tout? Newtiteuf proposa d'abandonner les armures pour le moment et de ne prendre que les laisses par exemple.

« Ça me paraît tout à fait censé. C'est moins lourd les laisses et les pommes ! Allez on ne prend que ça ! En avant ! » Hurla Zerator en mettant les cordes sur son épaule et en partant vers la jungle.
« Mec, tu sais où il y a une plaine au moins? » Demanda Newtiteuf d'un air exaspéré.
« Pas du tout ! Je compte sur la chance ! Et toi? »
« Moi je sais...parce que j'ai regardé la carte d'Harry avant qu'il ne l'emporte ! Imbécile ! C'est pas par là ! » Newtiteuf pointa l'autre versant de l'île. Si la jungle couvrait le côté ouest, les plaines rocheuses couvraient l'autre côté. Un climat plus favorable aux équidés et aux bovins sauvages.
« Allons à la plaine !!! » Hurla Zera en changeant de direction. NT échangea un regard inquiet à Fukano qui se mit à sourire.
« Il est toujours comme ça. Mais en général, il a de la chance. Enfin, merci d'avoir regardé la carte tout de même. Je n'y ai même pas pensé. »
« De rien, de rien. Il faut bien que l'un de nous pense. Héhé. Le prends pas mal? Je plaisante ! »
« Plutôt oui. » Répondit-le mi-canidé en fronçant les sourcils.


Les trois amis partirent donc en direction des plaines à l'est. Ce fût aussi à cet endroit qu'Aypierre, Nems et Bboy décidèrent de se rendre. Ils n'empruntèrent guère la même route, passant par un chemin montagneux des plus pentus. Aypierre était devant et se tourna de temps en temps pour voir si ses deux compagnons suivaient le rythme. Bboy était clairement dernier. C'est ce qui arrive quand on ne fait pas assez de sport. Oui. Il arriva enfin à la hauteur de Pierre, poussé par un Nems qui semblait en avoir déjà raz-le-bol.
« Mec...on prend les dadas pour revenir...hein? Ok? » Souffla péniblement le génie en continuant sa route.
« À ce rythme on y sera dans deux jours, mec. » Soupira Nems en continuant de le pousser.
« Je suis en pleine digestion j'te signale ! Et si t'es pas content, t'as qu'à me laisser ici ! J'vous rattraperais... dans quelques années...vous reviendrez...et vous verrez mon squelette sur un rocher... et là...à ce moment...tu regretteras ! »
« Ou pas. » Affirma Nems en roulant des yeux.
« Arrêtez de vous chamailler et avancez...sinon je pars réellement sans vous. Et j'en suis capable. » Dit Aypierre, coupant court la conversation des deux amis.  « C'est Zerator qu'on entend brailler? »
Pierre avait un regard horrifié. Sa voix portait si loin? On l'entendait hurler et appeler Fukano. Pourtant ils étaient bien plus bas, au pied du volcan. Nems et Bboy tendirent aussi l'oreille : « Fukanooooooooooo ! T'es passé où??? Pourquoi t'abandonnes déjà ton équipe??? Le pire ce gaaaars franchement !!! »
« Mais tu vas la fermer toi-aussi??? » Ce fût la douce voix énervée de Newtiteuf qui retentit alors. Les deux continuèrent de brailler pendant deux bonnes minutes et se turent. Fukano devait les avoir rejoint.
« Mes oreilles saignent, gros. » Avoua Bboy en se massant les tempes.
« Comment il fait pour avoir autant de goule? Tu peux me le dire? » Demanda Nems à l'attention de l'ainé.
« Comment je le saurais? C'est l'ami de Fuka avant le mien. Je ne le connais pas trop. Enfin, profitons qu'ils soient un peu perdus pour avancer et prendre de l'avance, d'accord les mecs? »
« Ouaih ! » Répondirent les deux autres en chœur.

*_*_*_*_*_*_*

Pendant ce temps, dans la jungle luxuriante, Bill et Azenet avançaient les recherches de leur côté. Ils avaient exploré deux cavernes miniatures, y trouvant du fer et du charbon, de quoi crafter des pioches et des seaux. Ils avaient fait des rencontres plus ou moins agréables également. Des squelettes, des zombies et même un Creeper. Ils avaient fuit. Aucun d'eux n'avait d'épée après tout. Azenet regardait nerveusement la nature qui les entourait. Cette jungle dense était un nid de coins ombragés, l'idéal pour faire apparaître des monstres. Mais rien ne semblait perturbé le barbu. Bill suivait sa carte à la lettre. Il pointa un accès étrange, caché sous les racines d'un arbre centenaire.
« On est arrivé. C'est ce que j'ai vu dans le livre. Apparemment, il y aurait des ruines en dessous. »
« Et tu penses qu'on trouvera des prismarines là-dedans? » Questionna le jeune en remettant son sac à dos en place.
« J'espère. Ce serait une bonne cachette en tout cas. On entre? » Encouragea Bill en poussant légèrement le dos de son ami.

Ils entrèrent dans cette entrée de ruines. Le sol était dallé de grosses pierres moussues. Les murs semblaient travaillés par la main de l'homme. La pierre était lisse par endroit et dessiné par d'autre. Des dessins semblables à ceux que Bill avait trouvé dans ses livres de légende. Ils s'arrêtèrent devant une étrange fresque. Elle représentait un être suprême à l'apparence de cétacé, son corps tout entier faisait office de voûte céleste. En dessous, se trouvaient des hommes, sur une île. Ils avaient les bras levés au ciel. Ils le vénéraient. Mais il semblait y avoir plus encore. Bill écarta quelques vieux lierres, dégageant le bas de la fresque. Une autre créature était représentée. Qui pouvait définir ce que c'était? Personne. Elle était de couleur rouge et était entouré de lave, à des kilomètres sous la surface. Elle semblait en colère. Ses bras étaient levés eux-aussi vers le ciel, mais sans doute pas pour la même raison. C'était le mal. L'être du malheurs. Le banni.
« Tu crois qu'il y a une créature comme celle-ci qui vivrait sous l'île? Ce...ne sont que des légendes pas vrai? » Demanda Azenet d'un ton nerveux.
« J'ai lu dans une légende qu'elle haïssait les hommes, qu'elle leur voulait du mal et qu'un jour, l'être suprême vint pour la sceller à tout jamais dans les entrailles de la terre. Depuis, elle chercherait à se libérer et à revenir pour assouvir sa vengeance. Elle n'a pas de nom. Ni de forme d'ailleurs. Regardes comme c'est brouillon, comparé aux autres détails de la fresque. Personne ne devait savoir de quoi il s'agissait. »
« Si ça se trouve, on est là pour lui servir d'offrandes et le faire revenir à la vie. » Ricana le Patrick avant de se taire, voyant que sa blague n'avait aucun effet sur son ami.
« Je sais que tu m'as dis de ne pas m'en mêler. Mais écoutes. Nous sommes seuls. Il n'y a personne ici. Dis-moi ce que Pierre nous cache? »
« Je ne peux pas. C'est à lui de vous le dire, Bill. Et...franchement je n'en sais pas tant que ça. Je sais juste que cette île est bizarre, que cette fille est bizarre, que cette aventure est bizarre...tout est bizarre. Et plus je regarde cette fresque, plus je pense que ces épreuves ne sont qu'une sorte de sélection. Il cherche à revenir. Il a sans doute besoin de quelque chose pour y parvenir? Des offrandes? Des âmes? Des corps? Des prismarines peut-être? Mais d'un autre côté...si cette fille est liée à tout cela...pourquoi laisser autant d'indices pour nous laisser découvrir la vérité alors? »
« C'est vrai que je n'avais pas vu la chose sous cet angle. »
« Ce n'est qu'une mise en scène grotesque et on se fait du mouron pour rien. Et ce serait réellement une compétition comme celle de la Cité des Sables. Qui sait? On n'a pas assez de preuves. Alors faisons comme Pierre nous l'a si gentiment demandé : arrêtons de poser des questions et avançons dans notre quête d'accord? »
« D'accord, d'accord. Je m'incline, votre altesse. Cherchons des prismarines là dedans. »

Après la fresque se trouvaient trois couloirs sombres. Le temple devait s'enfoncer dans les profondeurs de la terre. La nature y reprenait d'ailleurs ses droits. Toutes les dalles, toutes les pierres travaillées avaient disparu. Au fur et à mesure qu'ils s'enfonçaient, les ruines s'estompaient pour laisser place à de magnifiques grottes naturelles. Riches en minerais et en monstres également. Bill se gratta la joue, un sourire bête s'afficha sur son visage.
« Il faut vraiment qu'on se fasse des épées. Ça devient urgent là. »
« Oui. Cherchons du fer avant de nous enfoncer. On va te faire une armure aussi, parce que toi et les grottes...on sait comment ça termine. » Dit Azenet en rigolant, avant de rebrousser chemin vers la lumière pour commencer à creuser dans le mur.

*_*_*_*_*_*_*_*

« On est perdu. »
« Non. »
« J'ai vu un écureuil se foutre de notre gueule, Harry ! »
« Mais non, c'est ton imagination. »
« Regarde ! Il le refait ! »

Les deux membres de l'équipe rouge étaient tout bonnement perdus en pleine jungle. Harry se sentit gonflé par les blagues de son ami. Il n'arrivait plus à se concentrer sur la carte. Il décida de s'arrêter au pied d'un gros arbre de la jungle.

« On a trouvé quoi déjà? » Demanda-t-il, prêt à faire la liste de ce qu'ils avaient récolté.
« Du fer en masse, deux diamants, un peu d'or mais je ne sais pas à quoi ça va nous servir, hum... dans la mine abandonnée y avaient des fils aussi et des araignées... »
« Tu as ramené des araignées bleues?? » Hurla Harry en s'éloignant de son compagnon.
« Bien-sûr que non, tu me prends pour un con? Relaxe ! Où en était-je? Ah. Oui. Cinquante prismarines dans un coffre ! Et une pomme d'or en plus ! On a été chanceux sur ce coup-là. » Dit Souls en finissant l'inventaire du contenu du sac à dos qu'il transportait.
« On n'a pas trouvé d'endroit pour faire une base par contre. C'est embêtant. Si on ramène tout ça à l'hôtel, les autres vont essayer de nous les piquer. Hum. » Commença Harry en croisant les bras pour réfléchir.
« Et si on les enterrait et qu'on notait les coordonnées? Hein? »
« Et si on en a besoin rapidement, il faudra se retaper toute la route? Non merci. Faut qu'on sorte de cette jungle et qu'on rejoigne Fuka et les autres. Et peut-être trouverons nous en route une caverne plus appropriée? Sinon on creusera un trou dans le sol et on le camouflera, tant pis. » L'homme en vert vint prendre quelques richesses dans le sac de Souls pour l'alléger. Un seul porteur, ce n'était pas juste. Il devait faire sa part de travail aussi. Puis, ils partirent en direction de l'est, le soleil était bien haut dans le ciel. Ils ne devaient pas trainer s'ils voulaient participer à la course.

*_*_*_*_*_*_*_*

Dans la plaine justement, les deux équipes de trois s'affairaient auprès d'un troupeau de chevaux sauvages. Il n'y avait pas de conflit. Fukano et Aypierre se respectaient beaucoup. Tuer les chevaux pour empêcher l'autre équipe de jouer serait vache. Ils étaient là pour s'amuser après tout. Et l'amusement était au rendez-vous ! Pierre admirait avec un grand sourire les talents de cavalier de Bboy et de Nems. C'était à mourir de rire. Nems avait dompté un cheval de couleur brun, et ce dernier ne semblait pas vouloir avancer. Celui de Bboy, au contraire, galopait à droite et à gauche sans raison. Le génie se retrouva assis à l'envers. Rien n'allait.

« Mon cheval n'a pas de tête, gros ! C'est n'importe quoi !! » Hurla le génie alors qu'il se cramponnait à la selle.
« Si tu te mettais dans le bon sens aussi ! Andouille ! » Lui cria Nems quand il passa à ses côtés. « Le mien est cassé par contre, il refuse catégoriquement d'avancer. »
« Tape-le sur le cul. » Proposa Aypierre en imaginant le futur désastre. Ce qui arriva. Le cheval de Nems partit en vrille et disparu avec son cavalier à l'horizon. Aypierre pensa pour lui-même : « J'espère qu'Aze et Bill vont vite arriver, on ne gagnera jamais avec ces deux-là, mon dieu... »
Bboy venait de repasser devant le Patrick. Ce dernier monta en selle de son côté et galopa après la bête en furie. Il parvint à attraper les rênes pour le stopper.
« Ok Bboy. On recommence tout. Remets toi à l'endroit déjà mon vieux. »
« Désolé... » Le génie se remit correctement à cheval. D'habitude, il ne s'excusait jamais. Il semblait légèrement gêné par son manque de savoir. Il n'avait pas l'habitude de monter. Ça crevait les yeux.
« Mec, on va y arriver t'en fais pas ! Hey, tu as confiance en moi? » Sourit le plus âgé.
« Bien sûr gros. Toujours. C'est juste que...ça ne se passe pas comme je l'avais prévu...je pensais que c'était plus simple que ça tu vois !? » Grogna le génie en détournant le regard.
« Le grand Bboy vaincu par l'équitation, je me demande ce que dirait Fufu ou Jiji tient... » Pensa Aypierre à voix haute, tout en levant les yeux au ciel.
« Tu parles, t'es mort ! Capiché? »
« Allez, on recommence ! Prends les rênes et tu m'imites ! On retrouvera Nems en route aussi... » On entendait vaguement les hurlements de l'homme masqué au loin. Bboy prit les rênes pour sa part et donna de petits coups de talon sur les flancs de son destrier. Il finit par avancer, doucement, mais sûrement. C'était un bon début.
« Mais en fait, c'est hyper simple quand on est dans le bon sens? » Soupira le génie.
« T'as tout compris ! » Rit le Patrick. Pauvre Bboy. Il était un génie incompris. Le garçon aux cheveux noirs fronça les sourcils. Il devait gagner la course pour prouver sa valeur. Il était décidé. Il était motivé. Il gagnerait. Coûte que coûte !


Nems passa à toute vitesse devant l'équipe de Fukano. Ces derniers le regardèrent sans dire un mot. Tous les trois étaient montés sur leurs destriers. Zerator ne put détacher son regard de la monture de Newtiteuf. C'était un cheval, mais pas comme les autres. Il était crème... et sa crinière était en feu.
« C'est ce qui s'appelle...allumer quelqu'un. » Rit-il à l'attention du dresseur de Pokémon.
« C'est un Ponyta. Je n'aurais jamais cru en croiser un ici... on n'est pas dans le monde des Pokémons. D'où vient-il? C'est marrant, ma pokéball n'a pas fonctionné sur lui, comme s'il appartenait déjà à quelqu'un. Je me pose peut-être trop de questions. » Répondit-le dresseur en caressant l'encolure de son cheval de feu. « En tout cas, il est rapide et docile, alors ça m'arrange ! Je ne monte pas bien déjà...mais lui il sait gagner. Donc tout va bien ! »
Fukano lui fit un petit sourire. Le dresseur était à l'aise au moins. Zerator par contre, était sur une mule. Pourquoi? Il n'en avait strictement aucune idée. Il mit cela sur le compte de la folie. S'il passait la ligne d'arrivée avec cette bestiole, ce serait déjà un miracle.
« Zera, tu es sûr que tu ne veux pas un cheval? »
« J'ai un cheval ! »
« Un vrai cheval. Pas ça. »
« Arrêtes d'embêter ma mule, espèce de sinistre personnage. » Répondit le brun en couvrant les oreilles de sa monture avec ses mains. « T'es jaloux, parce qu'on va gagner à ta place ! »
« Si tu franchis la ligne d'arrivée...déjà. » Newtiteuf était d'accord avec Fukano. Zera n'avait aucune chance.
« Avec ma mule, on franchira le mur du son, et on fera le tour de la planèèèèèèèète....non pas du tout. Mais je la trouve trop cool, alors je la garde. Point barre. » Répondit leur ami en faisant mine de bouder. Fukano vint lui tapoter la tête. « Je te laisserais un peu d'avance. T'auras un mince espoir de victoire. »
« Quelle bonté...c'est trop d'honneur monsieur Fukano. Et à NT, tu lui offres quoi? » Sourit Zerator en tournant la tête vers le dresseur. « Ta personne? Ton corps? Ton être? »
« Mais mec ! Ça va pas????? » Le mi-Arcanin venait de le faire tomber de sa monture en le frappant dans le dos. Ce n'était pas intentionnel. « Oh pardon. Je ne sens pas ma force...mais t'as abusé là ! Franchement !! » Si ses poils pouvaient rosir, ils le seraient. Sa personne. Et quoi encore? Newtiteuf avait baissé sa casquette sur ses yeux pour cacher sa honte. Quand à Zerator, il était plutôt amusé de sa connerie, assis sur le sol. Il culbutait d'avant en arrière en les pointant du doigt. Fukano pencha la tête sur le côté, se demandant si tout tournait rond dans le monde de Zerator. Il dressa les oreilles, entendant de nouveau des cris. Bboy venait de passer à cheval en hurlant : « J'suis un putain de génie ! » suivi par Pierre qui lui hurlait d'arrêter et qu'ils devaient rentrer. Le mi-Arcanin regarda son équipe.
« Assez plaisanter ! On a une course à gagner ! On rentre ! »
« Oui. » Fit un Newtiteuf intimidé qui n'osait même plus regarder le demi Pokémon.
« Là-bas ! Y a Harry et Souls ! Youhou ! Les copains !!! » Hurla Zerator en courant vers les deux arrivants pour les accueillir. Ils étaient bien chargés. Les chevaux ne seraient pas du luxe pour le retour. Fukano descendit de son cheval et regarda Newtiteuf : « Tu viens? »
« Heuh...plus tard...Je...je vous attends là, ok? »
« D'accord. À tout de suite. » Fit Fukano d'un grand sourire. NT regarda ailleurs, redressant sa casquette. Il souffla. Quel idiot ce Zerator. Le gêner de la sorte.

Les Patricks posèrent leurs sacs aux pieds de leurs amis. Harry expliqua brièvement leur exploration, en oubliant volontairement des passages plutôt gênants à propos de monstres et de lave. Fukano fouilla les sacs et sembla satisfait.
« Vous avez trouvé plein de trucs, c'est cool ! »
« On a assez pour fournir une armure en fer à tout le monde là-dedans. Il faudra des diamants en plus si tu comptes sur de l'enchantement un jour. Les prismarines sont bien planquées par contre, il faut être vachement attentif quand on se déplace. Celles-là je les ai trouvé au fond d'un petit lac sous-terrain. C'était chiant. » Récita Harry tout en regardant l'assemblée. « Et vous, de votre côté? »
« On s'est un peu entrainé. L'équipe de Pierre n'est pas loin. Nems et Bboy ne savent pas monter, c'est une chance ! On devrait gagner facilement. NT a trouvé un Pokémon aussi. Il ne sait pas pourquoi il est là. Ça le tracasse un peu je crois, il reste à l'écart. » Résuma Fukano en posant son regard sur NT derrière eux. Si seulement il était aussi joyeux que Zerator... ce serait plus simple. « On a deux chevaux de plus pour vous ! » Rajouta-t-il en montrant les deux équidés restants, accrochés à un arbre.
« Cool ! J'en pouvais plus de porter ces trucs. Merci. » Soupira Souls en se massant les reins.
« On va rentrer et se préparer alors. » Conclu Fukano, alors que ses amis partaient pour charger les montures de leurs trouvailles. Ils quittèrent les lieux peu de temps après.

Aypierre regardait ses adversaires partir. Ils avaient l'air chargé en ressources. Le plus âgé fronça les sourcils, il n'aimait pas l'avantage que les rouges prenaient. Aussi, il espéra que Bill et Azenet furent aussi chanceux dans leurs recherches. Le chef des Patricks se tourna vers Nems et Bboy.
« On rentre nous aussi? » Demanda Nems.
« Oui. On va emmener les chevaux pour Aze et Bill... j'espère qu'ils seront rentrés. » Répondit Pierre.
« Les autres ont trouvé des trucs apparemment. On n'est pas bien là, frère. » Soupira Bboy.
« T'en fais pas ! Je suis sûr qu'on sera aussi chanceux qu'eux, laisses leur un peu de temps. »

*_*_*_*_*_*_*

La grotte qu'ils exploraient s'illuminait petit à petit grâce à leurs torches. Azenet et Bill continuaient le minage des ressources. Les monstres étaient absents et tant mieux. Le barbu était vêtu d'une armure en fer, de la tête aux pieds. Tous deux avaient une épée et une pioche. Le brun avait également un seau d'eau qu'il utilisa pour éteindre une source de lave proche. Ils étaient dans les profondeurs de la terre, mais encore trop haut pour trouver du diamant. Ils cherchaient un accès naturel pour descendre.
« Je vais miner par là-bas. Tu viens aussi ou tu continues? » Proposa Bill en regardant son ami. « Il ne faut pas qu'on traine trop, je ne sais pas quelle heure il est... Aypierre va s'inquiéter. »
« On se donne dix minutes et on se retrouve à l'entrée? Je suis sûr qu'il y a quelque chose par là. »
« Fait attention, ce n'est pas éclairé du tout. Ne nous fais pas une « Daweed ». » Rit un peu le plus vieux des deux en repensant à son ami qui avait pris un Creeper de plein fouet une fois. « Je dis ça, parce que...tu n'as rien. »
« Y avait pas assez de fer pour deux. C'est comme ça. À tout de suite ! » Fit Azenet avant de disparaître de la vision de son ami.

Le jeune marcha tranquillement, posant une main sur la paroi pour ne pas trop s'écarter du chemin. Ses torches se raréfiaient. Il en garda une en main pour avoir un minimum de luminosité. Il tomba alors nez à nez avec un gouffre gigantesque. Une belle faille se tenait là. Elle semblait longue et profonde, elle descendait sans doute jusqu'à la bedrock. Azenet se pencha légèrement au-dessus du vide. Il voyait quelque chose briller au fond. Du diamant peut-être? Mais comment descendre? Avec le seau d'eau. Mais le temps de descendre et de remonter, il serait trop tard. Le garçon préféra noter la position dans un carnet, au pire il reviendrait avec les autres plus tard. Il tourna les talons pour repartir...
« ...oh mer... » Commença-t-il en voyant l'ennemi qui venait d'apparaitre sous ses yeux. Un Creeper. Un horrible Creeper était là. Le monstre vert à quatre pattes se promenait à deux mètres de lui. Il ne sembla pas le remarquer. Tant mieux. Le jeune Patrick décida de le contourner comme il le pouvait, en silence, quand son pied brisa une branche morte sur le sol. La créature aux yeux noirs tourna alors la tête vers lui, et avança. Le jeune dégaina son épée pour se défendre. Trois coups. Il suffisait de trois coups. Un. Deux. Le troisième n'aboutit jamais. La créature s'était chargée et avait explosé, soufflant le pauvre Azenet en arrière. Il se rattrapa in-extremis à une liane qui pendait sur le bord de la faille.
Quelque peu sonné par l'explosion causée par le monstre, Aze secoua sa tête afin de retrouver ses sens. Il regarda le haut, se demandant comment remonter.
« Bill? Biiiiill? Au secours !!! » Hurla t-il comme il le pouvait. Sa voix ne portait pas loin. Il ne viendrait jamais. La liane commença alors à s'effriter, tout doucement, sous les yeux apeurés du garçon qui n'eut pas le temps de penser à quoi que ce soit d'autre que la future chute qu'il allait subir. Elle se rompit, l'entrainant dans les ténèbres...


À la sortie, l'attendait Bill. Ce dernier se tourna nerveusement vers l'intérieur de la caverne. Azenet ne venait pas. Il s'était perdu? Le barbu soupira, laissant ses sacs de minerais pour allumer une torche et partir à sa recherche. Il suivit le chemin emprunté par le deuxième Patrick plus tôt. Il arriva alors sur place. Le bord de la faille était devant ses yeux. Bill nota le cratère et les résidus verts en son centre. Un Creeper avait explosé. Son cœur se mit à battre plus fort. Une angoisse le prit. Il lâcha la torche qu'il tenait dans ses mains lorsqu'il aperçut le casque audio de son ami qui trainait là, sur le bord de la falaise. Il accourut vers celui-ci et le ramassa, avant de se pencher au-dessus du vide à son tour.
« Oh non... Aze !!! Aze tu m'entends?? » Ses mains tremblaient. La faille semblait profonde. Personne ne pouvait survivre à une telle chute. Que devait-il faire? Descendre? Et s'il tombait à son tour, qui viendraient les sauver? S'il y avait quelque chose à sauver encore... « Non... je...je...t'en fais pas, Aze !!! Je vais chercher Pierre ! On va te sauver !! T'as intérêt à être encore vivant, t'entends !!? » Les larmes montaient aux yeux du Patrick. Il devait se focaliser sur le sauvetage. Il espéra de tout son cœur revoir vivant le jeune homme. Prenant ses jambes à son cou, il partit, retournant à l'entrée de la caverne, laissant ce qu'il avait trouvé de son côté... il ne pensait qu'à une seule chose : ramener Pierre et les autres au plus vite.

[Partie 1]
Chapitre 9 : La vérité sur la cité des eaux.


Les trois aventuriers, Siphano, Brioche et Unsterblicher, sortaient enfin des ruines de Karkan. Il ne restait pas grand chose de l'ancien temple. Seule la pyramide dominerait le désert l'entourant. Brioche, qui était en tête du groupe, surveillait les alentours tandis que Siphano aidait le magicien à marcher, sa cheville le faisant encore souffrir. Ils devaient retourner à l'oasis de Sirocco, qui se situait derrière l'imposante dune de sable sous leurs yeux. Unster soupira. Ça allait être un vrai calvaire pour lui. Avancer dans le sable était déjà éreintant, il se sentit tout d'un coup soulevé. Il regarda avec stupeur son ami ninja qui venait de le prendre sur son dos. Selon lui, ce n'était pas une bonne idée.
« Siph', tu sais que si tu perds l'équilibre, on va rouler jusqu'en bas? » Dit le mage d'un ton nerveux. Il regardait la base du désert qui s'éloignait petit à petit.
« Je ne vais pas tomber. Et je préfère te ménager, il faut que ta cheville guérisse au plus vite. »
« C'est vraiment adorable de ta part... mais tu as affronté le boss et vous devez être épuisés tous les deux, non? »
« On se reposera à Sirocco. » Répondit Brioche, tout en grimpant à leur côté. « Tu n'as pas eu de chance, c'est tout. Et tu en avais trop fait dans le temple de la forêt, il est donc normal qu'on te rend l'appareil. Ça ne doit pas être toujours les mêmes qui récoltent la gloire, héhé. » Continua le guerrier tout en émettant un petit rire.
« T'es jaloux de mes compétences, c'est tout. » Bouda le mage, tout en posant sa tête sur celle de Siphano.

Ce fût une fois en haut que la confusion s'installa au sein du groupe. Ils se trouvaient devant une nouvelle étendue désertique. Unster tourna la tête vers l'endroit d'où ils venaient.
« C'était bien la bonne dune? Je ne vois pas l'oasis. »
« On a pourtant pris le bon chemin, non? » Questionna Siphano. « Le temple est derrière nous. Je suis sûr que l'oasis était ici. »
« Je te fais confiance, moi je suis une quiche en orientation. Brioche? Où tu vas? » Demanda le mage tout en regardant son ami guerrier dévaler rapidement la pente de sable. Siphano descendit à son tour, plus prudemment, avec son chargement. Unster se demanda ce qu'il se passait. Pourquoi Superbrioche était-il si pressé d'un seul coup?

Le mage aperçut alors un corps allongé sur le sable, non loin d'eux. Il reconnut la tignasse blonde de ce dernier. Quand ils arrivèrent, Brioche était à genoux avec le garçon blond dans ses bras. Il semblait souffrir, des rougeurs ornaient ses joues, il transpirait abondamment. La sirène avait un coup de chaud. Depuis combien de temps était-il au soleil ainsi? Et surtout, si Dortos se trouvait là, alors l'oasis devait l'être lui aussi? Pourtant, il n'y avait rien. Plus de maisons, plus de mare, plus d'habitants, comme si une gomme magique avait tout effacé.
« Dortos? Tu m'entends? Quelqu'un a de l'eau? » Demanda Brioche, une lueur d'inquiétude dans ses yeux. Unster descendit du dos de Siphano et fouilla sa sacoche quelques secondes, avant de sortir une gourde rouge et la tendre au guerrier. Brioche essaya de faire boire le garçon blond. Ça l'aiderait à se sentir mieux. Il le traîna ensuite à l'ombre d'un grand palmier. Unster suivit le guerrier en boitillant alors que Siphano cherchait des indices.
« C'est dingue. C'est juste dingue. Ça ne disparaît pas comme ça un village?? Quelqu'un a enlevé Dortos et l'a amené ici, je ne vois pas d'autres explications logiques ! » Hurlait presque le ninja tendit qu'il s'arrachait les cheveux en tentant de comprendre ce qui était arrivé. Unster soupira, adossé à l'arbre.
« Rien n'est logique dans ce monde. Brioche. Tu as dit que tu avais libéré l'âme des villageois? N'est-ce pas? » Fit le mage en baissant son regard vers le guerrier.
« Oui. J'ai éclaté les sphères sur le sol et elles se sont envolées. Pourquoi? J'aurais pas dû? »
Unsterblicher ferma les yeux, bras croisés. « Je pense qu'ils...reposent en paix maintenant. »
« Pardon? » S'écria alors la brioche. « Mais on les a vus il y a de cela quelques heures?  Ça n'a pas de sens ! »
« Si. Si on considère que...que ces habitants étaient comme les monstres du désert, que leur âme était tourmentée par la gemme et qu'une fois libérés de l'emprise de Karkan, ils ont pu monter au ciel. Nous les voyons, parce que nous sommes...exceptionnels. Ça doit faire partie du don des élus...voir les morts. Enfin, je ne fais que des suppositions. Mais c'est la seule explication logique que je trouve : on les a libérés, alors le village n'a plus lieu d'être. Dortos ne fait pas partie de cette communauté, il est normal de n'avoir retrouvé que lui? Je pense qu'il nous fournira les explications que l'on cherche. » Le mage se laissa glisser le long du tronc en grimaçant. La douleur le forçait à s'asseoir. Ça le lançait. Sa cheville lui faisait mal, pourtant, il l'avait à peine bougé. Prenant son livre de sortilège, il feuilleta lentement, vers la fin de ce dernier, cherchant dans les sorts les plus difficiles à réaliser. Siphano le regarda faire, le rejoignant.
« Si tu t'évanouis, ça n'arrangera pas les choses, tu en es conscient? » Soupira le ninja en se rappelant les paroles de Calypso. « On demandera de l'aide à la prêtresse. En attendant, il faut vite qu'on sorte de ce désert. Hum? »

Le regard du ninja se posa sur une roulotte passant en fond, près de la rive de l'océan. Siphano se leva et courut à la rencontre du voyageur. C'était un homme blond d'un certain âge. Il avait d'adorables yeux marron. Le ninja se présenta rapidement et le vendeur suivit les explications comme il le pût.
« Tu as deux amis blessés et tu veux te rendre à Eärndhel? Pas de problème mon garçon. Je vous emmène. »
« Merci monsieur. » Remercia le jeune brun avant de retourner chercher ses compagnons. Il se pencha sur son groupe d'aventuriers complètement vidés de leur énergie.
« Allez les gars, debout ! On va nous déposer à la cité. »
« Je peux pas. Je vais mouriiiiir. J'ai trop mal... » Se plaignit Unster, allongé par terre.
« Arrêtes de faire ton Zelvac et lèves toi, ou je viens te botter le cul. » Menaça l'ainé.
« Faire mon quoi? » S'interrogea le magicien.
« ….rien, rien. Laisse tomber. Allez debout, on pourra se reposer à notre auberge. Est-ce que je me plains moi? De quoi on a l'air? »
« D'un groupe d'aventuriers sortant d'un donjon maudit, accompagné d'un homme-poisson qui ne supporte pas le désert? » Se risqua Brioche en faisant les yeux ronds.
« Exactement ! Hey...non... » Soupira Siphano en plaquant une main sur sa figure. « Du nerf ! Allez ! Unster, debout ! » Dit-il en levant son ami de force et en passant son bras autour de sa taille. « Brioche? »
« J'arrive. » Répondit le guerrier alors qu'il prenait Dortos sur son dos. Les trois amis se dirigèrent vers le convoyeur, ce dernier les aida à grimper et ils partirent pour la cité.

*_*_*_**_*_*_*_*_*

Le commerçant les avait déposés à leur auberge. Siphano avait alors fait envoyer une missive pour Calypso. Cette dernière était arrivée en début de soirée, alors que le soleil commençait gentiment à décliner. Elle frappa à la porte de leur chambre et vit un ninja lui ouvrir avec un grand sourire. Elle entendait les plaintes d'Unster en fond. Le magicien n'avait pas de chance, selon elle. Pourtant, il était celui qui en avait le moins bavé pour ce temple. La prêtresse s'approcha du lit où geignait le mage et posa les mains sur ses hanches, mécontente.
« Vous croyez que c'est une attitude digne d'un élu? Pleurer comme un petit bébé? »
« …. votre prestance n'est pas celle d'une prêtresse non plus. AIE ! » Hurla le magicien.
« C'est douloureux, hein? Tant mieux. » Sourit la prêtresse, pas si amicale que ça. Elle sortit une trousse de soins et y prit un petit pot.
« Vous ne m'aviez pas dit qu'il y avait un autre blessé? Où est-il? Est-ce maître Brioche? » Demanda t-elle à Siphano tout en massant le pied endolori du magicien avec la crème. Ce dernier gémissait de douleurs. Il était très douillet. Siphano sourit. Cette situation était très drôle. Il répondit ensuite à la question.
« On a rencontré une sirène tout près de Karkan. Apparemment, il vient d'un village appelé « Otauria ». »
« Otauria est le village voisin. C'est une cité aquatique magnifique. Mais depuis quelques années, notre bon Roi a fermé les portes nous permettant d'y accéder. Apparemment, il y a eu une dispute pour la gemme magique. Le Roi a dit que les habitants d'Otauria l'avaient dérobé et la gardait au sein de leur village. Refusant de la rendre, ils ont décidé de couper les ponts avec nous. »
« C'est moche de se disputer pour une raison qui peut vous sauver la mise à tous. » Soupira Siphano.
« Ils ont coupé le pont reliant notre cité à la leur, en fait. » Affirma la prêtresse.
« Et comment on fait pour y accéder donc? »
« Le Roi connait une autre route. Il vous recevra dès demain matin. »
« Très bien. Enfin, pour en revenir à Dortos, il semble aller mieux. Je crois qu'ils sont dans la salle de bain avec Brioche. Il était blessé aux jambes et déshydraté. Il n'a pas supporté le désert du tout. Et je peux vous poser une question? » Demanda le jeune ninja tout en s'asseyant près d'Unster. La concernée répondit d'un hochement de tête.
« Bien. Après la récupération de la gemme du Courage, il s'est passé quelque chose de très étrange. L'oasis, ses bâtiments et ses habitants, que nous avions rencontré plus tôt, tout cela, a disparu sans laisser de trace. Volatilisé ! Dortos nous a dit qu'il discutait avec le doyen de l'oasis et que soudain, il aurait disparu ainsi que tout ce qui se trouvait autour de lui. Suite à cela, il a tenté de nous rejoindre au temple mais s'est fait terrassé par le soleil et la chaleur. Mais comment cela c'est-il produit? »
« Moi, je lui ai dit que ce n'étaient que des spectres. Il n'a pas voulu me croire. » Rechigna Unster.
« C'est une possibilité en effet. Après, je ne vis pas là-bas. Je ne sais pas si ce désert était habité. Dans tous les cas, vous avez rendu service, non? » Expliqua la jeune femme.
« En effet... » Soupira Siphano. La réponse ne lui plaisait guère. Mais elle ne pouvait fournir plus de réponses, il trouverait sans doute quelqu'un plus tard et qui répondrait enfin à ses interrogations. Le garçon partit s'asseoir sur son propre lit. La prêtresse le suivit et s'assit à son tour.
« Vous êtes blessés vous aussi? » Questionna t-elle.
« Ce ne sont que des égratignures. J'avais une potion de soins pour me soigner. »
« Quoi?!! Et tu m'as laissé dans la misère?? » Hurla Unster, vexé.
« Désolé? C'est Gabrielle qui me l'a laissé en partant. » Siphano eut le bonheur de croiser le regard et le sourire malicieux que lui offrait le brun aux yeux bleus. Gabrielle. Comme cela est étrange. Le mage finit par émettre un petit rire. « Je connais quelqu'un qui en pince pour elle et pas qu'un peu. »
« Moi? N'importe quoi. C'était juste...une très bonne alliée. Tu ne peux pas savoir, parce que monsieur était en train de se faire dérober son âme. » Rétorqua l'ainé.
« Chacun ses problèmes, mon lapin. Mais j'avoue qu'elle a l'air moins cinglé que ses compatriotes. Je me demande si...hum... non rien. » Le mage le garda pour lui-même. Il s'allongea sur son lit, mains derrière la tête. Calypso se leva et rejoignit la porte : « Je vais vous laisser dans ce cas. Normalement, votre ami pourra remarcher dès demain, s'il reste tranquille ce soir. »
« Merci d'être venue si vite. » Remercia Siphano d'un hochement de tête.
« Oui, merci beaucoup. » Appuya Unster à son tour. La prêtresse quitta les lieux, laissant les deux aventuriers seuls. Unster regardait la porte menant au couloir, se demandant si Brioche et Dortos s'en sortaient dans la salle de bain. Il tourna alors son regard vers Siphano, ce dernier avait sorti un livre pour le lire.
« Siph'? »
« Oui, Unster? Tu ne l'as pas bien comprise? Il faut que tu te reposes. » Soupira le ninja.
« Je sais. Je ne dois pas marcher. Mais, j'ai le droit de parler non? » S'offusqua le magicien.
« Soit. »
« Vous connaissez un autre Dortos, non? Est-ce qu'il est pareil à celui-ci? » Questionna Unster.
« Hormis cette queue de poisson, oui. Leur caractère est similaire. Il est jovial, aimable, poli. Il s'entend à merveille avec Brioche. C'est très similaire. »
« C'est donc une sorte de copie, ou d'ancêtre. » Affirma Unster. Le ninja leva ses yeux vers son interlocuteur. Où voulait-il en venir au juste? Ce dernier continua : « Donc, on trouvera peut-être d'autres personnes auxquelles nous étions attachés là-bas. Elles seront ressemblantes, mais ce ne seront pas les mêmes malgré tout. Et dans ce cas, est-ce qu'on peut s'y attacher sans voir le risque de souffrir par la suite? »
« Qu'est-ce que tu veux dire par là? »
« Regarde Dortos. C'est une sirène. Il n'est pas fait pour voyager avec nous. Nous allons le reconduire à Otauria et ensuite quoi? Il sera obligé de rester là-bas, car c'est son monde. Nous serons forcés de partir, pour continuer notre quête et Brioche n'en sera que triste. »
« Je suis sûr qu'ils savent à quoi s'attendre? Alors, pourquoi se faire plus de mal? Autant en profiter et passer de bons moments en attendant. »
« Tu ferais pareil si...tu rencontrais le sosie de Frigiel? » Questionna timidement le garçon. Le ninja resta silencieux. S'il le rencontrait dans cette dimension, sous une autre forme, que ferait-il? Il ne savait pas. Il se contenta d'un soupir avant de retourner la question à Unsterblicher.
« Je verrais ça comme une seconde chance. Mais... j'aurais aussi trop peur de le reperdre. Et donc, peut-être que je ne m'y attacherais pas, qu'il ne serait qu'un habitant de ce monde quelconque et je raterais probablement la seule chance de ma vie de repasser du temps avec lui. » Répondit le mage.
« En gros, toi non plus tu ne sais pas comment tu réagirais? On se torture trop l'esprit, Unster. Vivons au jour le jour. Surtout toi, ton esprit influence directement tes pouvoirs magiques. Rappelle-toi ! N'y pensons plus. Tu as faim? » Demanda le ninja en venant poser une main sur l'épaule de son compagnon de route. Ce dernier hocha timidement la tête. « Je vais voir où en sont nos deux poissons et je te rapporte ça. Laisse-moi une dizaine de minutes. Et n'en profite pas pour enflammer mes vêtements, vu? »
« Tout de suite... » Sourit le magicien en pensant à la bêtise qu'il avait fait deux jours au-par-avant.

Le ninja franchit à son tour le seuil de la porte de leur chambre. Il referma derrière lui et se dirigea vers la salle de bain. Il toqua timidement, entendant des rires en émaner. Il attendit et entendit un petit « Oui? » de la part de Brioche.
« C'est Siph'. » Répondit le ninja.
« Bah, entre alors? » Ce qu'il fit. Il trouva Brioche assis sur un tabouret en bois, en train de se laver. Son corps avait disparu derrière la mousse blanche du savon qu'il utilisait. Dortos était dans la grande vasque d'eau qui servait de baignoire, juste derrière. Il agita la main, faisant signe au ninja de s'approcher. Ce dernier posa ses mains sur les hanches.
« Ça a l'air d'aller mieux. » Affirma t-il d'un air hautain.
« Je suis tellement désolé que vous ayez dû me trainer comme ça tout le long du désert... » Fit l'homme-poisson en se cachant un peu sous l'eau.
« Allons Dortos. Je plaisante ! Je me doute que ça ne doit pas être évident pour toi ! Ta blessure est guérie? » Remarqua le garçon en s'approchant de la queue de la sirène.
« Je régénère très vite avec de l'eau pure comme celle-ci. Votre aubergiste a une très bonne eau. Je me demande si elle ne trouve pas sa source dans mon village, derrière la montagne. » Se demanda Dortos, un doigt sur la bouche.
« Sans doute. Il paraît qu'Otauria et Eärndhel étaient très bons voisins avant le vol de cette gemme. Ils commerçaient et tout. Et un jour, l'ancien Roi aurait dérobé la gemme du Repos pour la cacher dans son village. Je trouve ça débile, garder la gemme alors qu'ils en avaient tant besoin pour empêcher Ranégot de renaitre. » Raconte Siphano.
« Qui a dit cela? » Demanda Dortos d'un air de reproche.
« Le Roi Nodulron. »
« Il ferait mieux de s'occuper de ses affaires au lieu d'accuser les autres. Excusez-moi. » Conclu le garçon tout en sortant de la baignoire. Il s'empressa de se sécher avec une serviette posée là, tout en gardant le silence. Siphano arqua un sourcil. Il rêvait ou il venait tout juste voir Dortos en colère contre le roi? Après tout, il venait de ce village. Cela ne devait pas être marrant d'en entendre du mal?
« ...Je n'ai fait que raconter ce qu'on m'a dit
, Dortos? Je ne juge personne. Je n'ai pas le droit de juger des gens que je ne connais pas voyons. » Se défendit le brun aux yeux bleus.
« Mais je ne suis pas en colère contre toi. Je trouve le souverain injuste et pas très clairvoyant, pour quelqu'un qui dit vouloir du bien pour ses sujets. Leur mentir de la sorte. Enfin, je suppose qu'il vous en dira plus lors de votre audition demain. » Soupira Dortos en fermant ses yeux mauves.
« Tu viendras avec nous? » Demanda Brioche avant de se verser une bassine sur la tête pour enlever la mousse de son corps.
« Oui, tu devrais venir. C'est important. Ça permettrait peut-être de réconcilier vos deux peuples. » Proposa Siphano.
« ...Pourquoi pas? » Se résolut le blondinet avant de se diriger vers la porte. « On va se coucher? Il est tard. »
« On mange d'abord. Il y en a un qui doit nous attendre de pieds fermes. » Sourit Siphano en pensant à un Unsterblicher à l'agonie. « Je descends chercher ce qu'il faut. »
« Je vais t'aider ! » Proposa la sirène d'un grand sourire.
« Je vous rejoindrais après. Je...ne suis pas prêt. » Conclu Brioche tout en passant une serviette sur sa tête. La minute beauté allait pouvoir commencer pour lui. Les deux autres quittèrent la pièce et descendirent au rez-de-chaussée afin de trouver des victuailles et les remonter pour pouvoir manger tous les quatre dans la chambre.

La soirée passa et la nuit commença à tomber. Après leur copieux repas, les quatre amis finirent par s'endormir. Dortos n'ayant pas de lit, Brioche lui prêta un petit bout du sien pour la nuit, au grand bonheur du blondinet. Se glissant dans les draps, Siphano éteignit ensuite la lumière en faisant taire les chuchoteries du soir.

Dortos regarda le plafond. Tous les autres dormaient, il n'y avait aucun bruit. Le garçon fouilla son t-shirt et en sortit une étrange pierre bleutée orné d'or et pendu à une chaine du même matériau. Il soupira profondément et la rangea, fermant ses yeux pour trouver le sommeil.

*_*_*_*_*_*_*_*_*

Le lendemain matin, tous étaient réunis au pied de l'auberge. Unster était de nouveau sur pied et gambadait même tel un cabri sur l'herbe verte. Siphano roula des yeux, s'attendant à une nouvelle chute d'une seconde à l'autre et de l'entendre de nouveau hurler de douleur. Heureusement, cela n'arriva pas. Ils purent alors commencer leur route vers le village d'Eärndhel.

Après un bref passage de routine chez les marchants, ils se rendirent tout d'abord au temple de Calypso afin d'y apporter la gemme du Courage. Brioche sortit la gemme aux reflets violet de sa poche et s'empressa d'aller la poser dans l'orifice prévu à cet effet. Une douce lueur mauve envahit alors la pièce et s'estompa rapidement. Dortos admira la chose de ses yeux pétillants. La magie était vraiment impressionnante. La deuxième gemme était à présent en sureté. Le guerrier se tourna vers ses compagnons.
« Où allons-nous ensuite, Mr. Phano? »
« Chez le roi. » Répondit le ninja.
« Il pourrait venir à nous un de ces quatre, ça nous ferait moins de route... » Se plaignit Unster.
« C'est le roi...Tu espérais quoi? » Grogna Siphano.
« Qu'il réduise son nombre de marches pour atteindre son palais. Y en a plus de cinq cents. C'est inhumain. »
« Pauvre Brioche, tu dois subir ça tout le temps? » Questionna Dortos, ce qui fit arrêter les deux autres dans leur dispute. La brioche baissa la tête, des larmes perlaient ses yeux, il vint chouiner dans les bras de son ami le blond.
« Ils sont tellement méchants avec moiiii. »
« T'es sérieux là, Bri? » Grogna Siphano.
« Tu profites clairement de la situation ! » Affirma Unster. Le guerrier leur répondit en leur tirant la langue. Dortos se mit à rire. Ils étaient bien unis tous les trois. Aucun doute, ils parviendraient à sauver leur monde.

*_*_*_*_*_*_*_*_*

Les marches du palais grimpées, les gardes escortèrent le petit groupe jusqu'à sa majesté. Ce dernier les attendait, assis sur son trône, jouant avec les épis de sa barbe rousse. Il se leva à l'arrivée des aventuriers, les accueillant d'un grand sourire.
« Bienvenue mes amis ! J'ai entendu dire que vous aviez rapporté la gemme du Courage ! Félicitations ! Mais ce n'est que le début de votre aventure...
La prochaine gemme est celle du Repos. Jadis elle trônait dans ce palais, protégeant Eärndhel des assaillants, mais par une belle nuit, elle nous fût dérobée par l'ancien roi d'Otauria. Elle doit toujours s'y trouver. Elle doit être cachée dans leur temple aquatique. Ce vol a mis fin à notre dialogue. Les Otauriens ont détruit le pont menant à leur village, mais rassurez vous, je connais un passage creusé dans la falaise qui vous y mènera facilement. » Conta le roi.
« À ce propos...vous n'avez jamais pensé à... chercher des explications là-dessus? Comment savez-vous que le voleur venait d'Otauria? Et qu'il était le roi qui plus est? » Demanda Siphano.
« Il y avait une réception ce soir-là. Une réception entre Otauriens et Eärndhiens. Le château était gardé, personne ne pouvait y entrer. Le coupable était forcément l'un des invités. Cela ne pouvait être un Eärndhien, pourquoi mettre sa propre cité en danger? Alors que les Otauriens avaient tout pour être désignés coupables de cette affaire. Leur roi venait tout juste de refuser de nouvelles actions entre nos deux peuples. Un traité devait être signé ce soir-là, voyez vous? À l'annonce du vol de la gemme, la plupart de ces lâches avaient disparu, dont le roi. La conclusion se fit rapidement et le jugement également. Mon père et ses sujets ont tenté de la récupérer. Sans succès. Les Otauriens se défendaient. Nos soldats tombaient sous les flèches de leurs archers. Otauria est imprenable. C'est une véritable forteresse, gardée par d'immenses tours de guet. » Expliqua le roi d'un air agacé.
« Ça se tient, en effet. » Soupira Siphano. Dortos grogna et s'avança un peu.
« Votre conclusion est trop hâtive. Vous n'étiez pas présent. Vous ne pouvez donc pas savoir. Les Otauriens n'ont rien volé. Quant à votre soi-disant traité, il était dangereux et égoïste. » Commença Dortos avant de se tourner vers ses compagnons : « Ils voulaient faire tomber la montagne entre nos deux villages, pour construire de nouvelles routes de commerce, sans même demander aux habitants s'ils étaient d'accord. Les Otauriens auraient pu être tués dans les éboulements, mais tout ce qui vous importait, c'était votre fichu commerce. C'est sûr, quand on vit dans le luxe, on ne peut pas comprendre ce que le peuple ressent. Je vois que ça n'a guère changé. » Grogna l'homme-poisson.

Le roi se redressa de son siège. Comment cet avorton osait-il lui parler sur ce ton? C'était un affront de la plus haute importance.
« Comment osez-vous vous adresser à moi avec ce ton, mon garçon? Qui est-ce? » Demanda t-il à l'attention des aventuriers qui pour une fois, étaient très mal à l'aise.
« Dortos...il vient d'Otauria. » Répondit nerveusement la brioche.
« Je vois. Il ressemble comme deux gouttes d'eau à la description que l'on fait d'un Otaurien. » Nargua le roi. Le blondinet ne se fit pas prier pour réagir, malgré les conseils de ses amis qui tentèrent de le calmer.
« Notre peuple n'est pas du tout comme ça ! On a rien volé ! On voulait juste une bonne entente ! Mais vous êtes trop bornés et stupides pour le comprendre ! Vous perdez de précieux alliés dans cette folie ! »
« Il suffit ! Comment osez-vous me parler de la sorte, roturier ! » S'énerva le roi.
« Je vous parle d'égale à égale ! » Répondit Dortos tout en sortant l'amulette bleue qu'il portait autour de son cou et la brandissant devant le roi. « Ceci est le symbole de la famille royale d'Otauria. Je suis Dortos. Fils de Ganza, l'actuel souverain. »

Les trois aventuriers tombèrent des nus. Dortos? Un prince? Vraiment? Unster en resta bouche bée et pensa à tous ces abrutis qui avaient laissé filer leur prince en douce. Brioche était choqué. Siphano l'était encore plus, mais cela permit au ninja de faire le rapprochement entre la haine du roi et le village. Il ne faisait que défendre son peuple.

« Celui qui a volé la gemme du Repos se nommait Tamdor. Il ne venait pas d'Otauria, ce n'était qu'un sbire de Ranégot, il a volé la gemme et a mis le crime sur notre dos ! » Expliqua Dortos d'un ton énervé.
« Ah. Belle histoire, jeune prince. Mais Tamdor est décrit comme étant l'ancien roi d'Otauria. »
« Mais c'est un mensonge ! »
« Il suffit! Gardes ! Emmenez-le en prison ! Son peuple va découvrir ce qu'il advient lorsque l'on provoque Eärndhel. » Ordonna le roi, alors que trois gardes vinrent entourer le blondinet, le forçant à les suivre. Ce dernier refusa et résista en grognant. Brioche les regarda faire avec horreur, essayant de s'interposer, mais bientôt, d'autres gardes les séparèrent de leur ami blond.
« Vous ne pouvez pas l'enfermer, il n'a rien fait ! » Se plaignit le guerrier.
« Juste parce que vous êtes en froid, vous allez le jeter en prison comme un criminel? C'est déloyal ! Je suis sûr que si vous réfléchissiez un peu, vous... » Commença Unster avant d'être coupé par le roi qui les pointa de son doigt : « SILENCE. Cette affaire ne vous concerne pas. Reprenez votre quête et laissez nous régler cela. »

Ils ne purent rajouter quoi que ce soit. Brioche eut juste le temps d'apercevoir un garde assommer le pauvre Dortos avec son arme. Il cria son nom, tandis qu'on l'emmenait, lui et les deux autres, à l'extérieur du palais. Siphano se tourna vers les gardes avec une rage extrême, une fois les portes du palais franchis.
« C'est comme ça que vous traitez ceux qui vous sauvent la vie? Elle est belle votre mentalité ! » Cracha le ninja.
« Ce sont les ordres du roi. Maintenant, disposez. » Fit le chef de la garde, retournant dans l'enceinte du palais alors que les lourdes portes de bois se fermaient derrière eux.
Brioche tapa du poing sur le sol, en colère. Siphano respira un grand coup, essayant de se calmer, avant de poser ses mains sur celle d'Unster, qui était prêt à provoquer un incendie.
« Non, Unster. Ça ne ferait qu'aggraver les choses. »
« Pourtant, ils le mériteraient ! Il n'a rien fait ! Il a juste donné sa version et on lui a cloué le bec, comme ça ! Paf ! » S'énerva le magicien.
« Le roi a sans doute peur. Mais retenir le prince du village voisin...je ne sais, je ne suis pas un expert mais...ça ne finira pas en diplomatie cette histoire. Il faut qu'on sorte Dortos de prison et qu'on se rend ensuite à Otauria avec lui. Si on récupère la gemme, peut-être que ça attisera les flammes brûlantes dans le cœur de Nolduron. Il faut qu'on ramène une preuve comme quoi Tamdor était un sbire de Ranégot. » Expliqua calmement Siphano.
« Pauvre Dortos... tout seul...dans cette prison...ils l'ont frappé en plus, alors qu'il n'était même pas armé. » Soupira Brioche.
« Il paraît que les Otauriens utilisent la magie aquatique. Le Roi devait le savoir, sinon, pourquoi l'avoir fait enfermer? »
« Pourquoi l'avoir enfermé dans une prison...à moitié immergé surtout? » Dit Siphano en se rappelant des barreaux qu'il avait aperçu sous une rive de la rivière qui traversait le village. « Bon qu'importe. Comment va t-on faire? »

Leur discours fut interrompu par une voix masculine connu. Une voix mielleuse qui fit peur à Unster. Ce dernier se cacha derrière son ami le ninja.
« Monsieur Basile ! » Fit ce dernier.
« Je vous ai entendu, je suis navré de vous avoir espionner... j'ai ouïe dire que vous vouliez vous rendre à la prison sans passer par le palais? » Fit l'homme au t-shirt rose.
« Oui. » Répondit Brioche. « Vous connaissez un moyen? »
« Tout à fait ! Je connais un passage secret ! Je l'emprunte souvent pour rendre visite à un vieil ami, accusé de triche aux cartes...ahem, il ne s'agit pas de moi...suivez-moi ! »

Ils ne se firent pas prier et suivirent l'alchimiste du village, à travers les rues de ce dernier. Ils longèrent la rive de la rivière et descendirent par un escalier de pierres, s'arrêtant au bord de l'eau.

« C'est par ici. Nagez jusqu'au tunnel là-bas, plongez et tournez immédiatement sur votre droite, remontez et vous y êtes. Si vous restez silencieux, il ne devrait pas y avoir de problèmes, après pour sortir votre ami de prison c'est une autre histoire... »
« Ne vous en faites pas. Merci monsieur Basile. » Remercia le ninja.
« Au plaisir de vous retrouvez au magasin ! » Fit ce dernier avant de partir, tandis que les aventuriers se jetaient à l'eau pour aller secourir leur ami blond.

*_*_*_*_*_*_*_*_*

Après avoir nagé sur plusieurs mètres, les aventuriers entraient trempés dans une prison froide et sombre. Des rats passaient de ci de là, dans les trous des murs en briques sombres. Murs qui étaient couverts de moisissure. Un endroit charmant pour accueillir des prisonniers. Des chaines pendaient au-dessus de leur tête. Le groupe passa devant de nombreuses cellules vides... mais ils furent encore plus étonnés de ne trouver aucun garde dans cette prison. Les prisonniers ne semblaient pas nombreux voir inexistants. Il n'y en avait qu'un. Dortos.

Le garçon aux cheveux blonds attendait au fond de sa cellule, recroquevillé sur lui-même. Il pleurait en silence de grosses larmes salées. La douce voix de ses amis le réveilla alors. Il se précipita aux barreaux de sa cellule.
« Brioche ! Siphano ! Unster ! Vous...vous êtes là?? » S'étonna le garçon, se demandant s'il rêvait ou non.
« Bien sûr que l'on est là. On ne va pas te laisser tomber. » Sourit Brioche en essayant de forcer le cadenas de la cellule avec son épée.
« Mais...je vous ai caché la vérité... » Dit Dortos tout en baissant la tête.
« De quoi? Que tu es un prince? Ça ne change absolument rien, voyons ! » Rit gaiment Brioche. Mais voyant que cela ne faisait guère sourire le blond, il pencha la tête, l'incompréhension gagna son visage : « Il y a un soucis, Dortos? »
« Je doute que tu sois sorti de ton village de gré, moi. Je n'ai pas raison? Ton père ne t'aurais pas laissé filer, pas avec la tension qui oppose vos deux mondes. » Affirma Siphano en croisant les bras.
« Tu as bien raison... sauf que je suis effectivement parti de mon plein gré.» commença le blond tout en reculant dans sa cellule pour s'asseoir mollement sur le sol, il continua alors : « Tout a commencé, alors que j'étais en train de lire une lettre qu'un ami m'avait envoyé. Il me parlait de la rumeur comme quoi des élus étaient apparus sur nos terres et qu'ils allaient sauver notre monde. À ce moment-là, j'ai essayé de raisonner mon père au sujet de la gemme du Repos. Il m'a alors avoué qu'il ne l'avait pas. Qu'un dénommé Tamdor s'était proclamé roi d'Otauria dans les anciens temps et l'aurait caché quelque part, sans doute dans le temple de l'eau à la sortie de notre village. Nous n'osons plus nous y aventurer, car les monstres ont commencé à nous attaquer. Mais moi, je voulais essayer. Seul, je ne pouvais pas. C'est alors que je les ai rencontrés... » Raconta le prince.
« Les? Qui donc? » Se risqua Unster en se doutant de la réponse.
« Un groupe d'aventurières. Elles m'ont dit qu'elles pouvaient m'aider à vous trouver. Leur magicienne m'a jeté un sortilège de téléportation... mais je pense qu'elle s'est un peu loupé...j'ai atterri dans le désert de Kakkara et la suite, vous la connaissez. » Soupira Dortos.
« Ouaih. Ça ne m'étonne même pas. » Dit Unster en roulant des yeux. « Et après c'est moi, le magicien incompétent? Hein? » S'énerva le magicien en sortant son livre de sort : « Recule Brioche ! Je vais te la faire sauter moi cette porte ! »
« Unster ! Ah ! Dortos ! À couvert ! » Hurla Superbrioche avant de s'écarter de la porte. Siphano en fit autant, comprenant bien l'énervement de son coéquipier.

Dortos se jeta sur le sol de sa cellule et vit la porte en bronze voler au-dessus de lui pour aller se fracasser sur le mur du fond. Le garçon blond se releva ensuite, avec l'aide de Brioche.
« Tu n'as rien? » S'inquiéta le guerrier.
« J'ai eu la peur de ma vie. » Répondit le concerné d'un ton tremblant.
« Désolé, Unster a...une certaine rancœur envers la personne qui t'a aidé. Ce sont des rivaux en quelque sorte. »
« Je vois. » Dortos jeta un coup d'œil au magicien qui faisait à présent les cent pas devant la cellule, à marmonner des trucs incompréhensibles. Il s'agissait de mots de colère. Il traitait la magicienne de tous les noms. Siphano vint l'arrêter en le prenant par les épaules.
« C'est bon? Tu es calmé? »
« Non. Elle me nargue alors qu'elle ne sait pas grand chose. Elle m'énerve ! » Se plaignit le garçon.
« Tu auras ta revanche. En attendant, t'as failli tuer Dortos alors qu'on venait le sauver... » Soupira Siphano tout en tournant Unster vers les deux autres.
« Ow. Désolé, Dortos. Heuh, est-ce qu'on doit s'incliner devant toi? Oh, il faut peut-être le vouvoyer aussi...? »
« Surtout pas ! Je ne veux pas être vu comme un prince ! Traiter moi comme quelqu'un d'égale...s'il vous plait? Je vous apprécie énormément. Le fait que j'ai du sang royal ne doit rien changer. » Fit le blondinet tout en triturant ses doigts. Il se sentit alors entourer. Tous eurent l'idée de lui faire un câlin, ce qui donna un gros câlin collectif. Le blondinet versa quelques larmes de joie. Jamais il n'avait eu des amis comme eux.
« Vous avez risqué vos vies pour me venir en aide. À mon tour de vous aider, je vais vous emmener à Otauria. Le roi n'est pas le seul à connaître ce passage secret. Je l'emprunte souvent depuis ma tendre enfance. »
« Alors on vous suit, votre majesté, héhéhé. » Rit Unster en frottant la tignasse blonde de la sirène.
« Unster...j'avais dit... »
« Ne perds pas ton temps à lui donner des ordres, il est têtu comme un bourricot. » Sourit Siphano.
« Pas aussi borné qu'un certain Mr.Phano de ma connaissance. » Rétorqua le magicien.
« Le Mr.Phano vous embête... »
« Les gardes !! » Coupa Brioche alors que des voix s'élevaient dans les couloirs de la prison. Ils rebroussèrent rapidement chemin vers le passage qu'ils avaient emprunté et cette fois-ci, l'aide de Dortos pour nager fût des plus appréciées.

Ils ressortirent de l'autre côté de la ville, non loin de la grande porte bleue autrefois fermée. Le roi avait ordonné son ouverture pour laisser passer les élus.
« C'est par ici. Il y a un passage qui grimpe jusqu'au sommet de la falaise et de là, on atteindra mon village. » Dit Dortos tout en sortant de l'eau. Ses amis l'imitèrent et attendirent d'être secs avant de continuer leur route.

Les portes géantes se refermèrent après leur passage.

*_*_*_*_*_*_*_*_*

Dans le palais du roi, ce dernier accorda audience à l'un de ses gardes. Il lui annonça la mauvaise nouvelle, comme quoi le prisonnier s'était échappé.
« Comment a-t-il pu s'échapper? Incompétents ! Grumf ! » Grogna le souverain en s'asseyant sur son siège. « Où sont les élus? »
« Avec le prisonnier. C'est eux qui l'ont libéré. » Avoua le garde.
« Ces gamins continuent de désobéir à mes ordres. Ils ne savent pas ce qu'ils font. Ils vont mener le village à notre perte. Les Otauriens vont venir nous massacrer. Que devons-nous faire? Les prendre en chasse? Le peuple risque d'être en colère. Je ne sais pas quoi faire. Avez-vous une idée, très chère? » Demanda le roi, tout en se tournant vers son interlocutrice, qui était adossé à l'un des piliers de la pièce, dans l'ombre.
« Mon équipe pourrait se charger de leur donner une petite leçon. Et ainsi, les Otauriens verront de par notre puissance, qu'il ne faut pas s'attaquer à l'armée de sa Majesté. »
« Oui. C'est une très bonne idée. Mais ne leur faites pas trop de mal, ils sont notre seule chance contre Ranégot. Montrez plutôt votre puissance à ces abrutis d'hommes-poisson, chère Sélès. »
« Il sera fait selon vos désirs, votre altesse. » Dit-elle tout en reculant lentement après s'être agenouillé. Elle rejoignit ses compagnons à la sortie du palais. Fay lui demanda des explications sur son entrevue.

« Cette andouille de souverain n'a même pas capté que nous étions celles qui tourmentaient les élus. Il est bien trop naïf. Nous avons carte blanche pour le village d'Otauria. Unsterblicher devra me remercier pour le sortilège que j'ai jeté à la prison, empêchant les gardes de bouger. »
« Pourquoi tu as fait cela d'ailleurs? » Questionna Fay.
« Parce que sinon, ils n'auraient jamais été là-bas. Et on a besoin qu'ils y aillent. Le temple de l'eau ne s'ouvrira que devant eux. Tout comme nous avions besoin de la valve du roi pour nous rendre à Otauria. Donc. Mesdames. En route. »

[To be continued]
  • Mood: Speechless
  • Listening to: The Plagues - Prince of Egypt
  • Watching: French Youtubers
  • Playing: Hyrule Warriors
Salut tous le monde~

Ouaih, je suis une mauvaise Deviant-Member, je sais. C'est que j'ai pas toujours envie de dessiner, et le boulot ça prend du temps.

Mais la saison est passée et je suis en vacances pendant deux semaines \o/

J'espère avoir le temps de pondre quelques dessins ou customs MLP (vu que ça me rend dingue aussi). =) 

Côté vie privée. J'ai enfin la Wii-U que j'ai acheté pour mon anniversaire le mois dernier ^v^! Avec l'édition Windwaker. Elle est trop troptrop belle *v*. Et Zelda Wind Waker en HD, c'est tellement un plaisir d'y jouer. <3 Ce jeu est juste excellent.

J'ai aussi acquis Hyrule Warriors hier. C'est tout juste le meilleur jeu auquel j'ai joué cette année. Ouah. Je connais pas du tout la saga ...euh...Destiny Warriors je crois? Bah mon cochon, dans l'univers de Zelda, avec tous les personnages que j'aime... c'est just OWAH. *O* 

Du coup, avec Super Smash Bros sortit en même temps, ça me redonne envie de looker de vieux RP et fics~~ Certains se reconnaitront~~.

M'enfiiiiiiiiiiiiiin, voilà voilà, quelques news.

Oh wait, j'oubliais un truc. J'abandonne Facebook. J'supprime pas mon compte mais bon, j'y vais plus. 
En revanche j'ai maintenant Tweeter ! Si vous voulez me suivre, pour que je puisse vous suivre ensuite? ^^ Ca me ferait plaisir !

--> twitter.com/YamiLugi


Projets en cours...
  • Equestria Girls "Leafstorm" : en cours
  • Idées de dessins avec Ashu, Lumy, Lugi... bref des Mi-Pokemon, ça me manque.

  • My Little Pony Customs :
  1. "Unsterbliicher" (Youtuber) Pony : 80% (crins de la tête à implanter)
  2. Daring Do (MLP) : 10% (Prête à peindre)
  3. Octavia ou Maud Pie (MLP) : 0% (Applejack prête à être décapitée.)

AdCast - Ads from the Community

Comments


Add a Comment:
 
:iconpikamewfr:
PikaMewFR Featured By Owner Aug 13, 2015  Hobbyist General Artist
Joyeux anniversaire ! Mes vieux les plus sincères ! (Avec mes plus sincères excuses pour ce léger retard.)
Reply
:iconaurore-castle:
Aurore-Castle Featured By Owner Aug 13, 2015  Hobbyist Traditional Artist
Bonne fête à toi ma Lugiii! <3 J'espère que tu passes/as passé une excellente journée pleine de fun, de cadeaux et de gâteau! *O*
Reply
:iconlugi-san:
Lugi-san Featured By Owner Aug 13, 2015
Merciiiiiiiiiiiiiiiii <3 Ew, fun non pas vraiment quand on bosse D; en plus y a eu de l'orage cette nuit, pas beaucoup dodo ;-; ! <3 Yeaaah cadeaux ! Ma première tablette graphique OoO !
Reply
:iconaurore-castle:
Aurore-Castle Featured By Owner Aug 13, 2015  Hobbyist Traditional Artist
Aaah je te comprend otl ;v; !
Ah toi aussi y'a des orages? OnO Ici, ça fait une semaine que ça n'arrête pas aaah~ ;O; Raikou est fâché-- *sbaff*
Ah oui, t'as eu une tablette?! *o* Chouette! J'ai hâte de voir tes premiers dessins avec hehehe! >w<
Reply
:iconcocopanda21:
CocoPanda21 Featured By Owner Aug 13, 2015  Hobbyist General Artist
Bonn fête, passe une belle journée ^^ Let them jump out of cake 
Reply
:iconlugi-san:
Lugi-san Featured By Owner Aug 13, 2015
Merci beaucoup ^w^
Reply
:iconaurore-castle:
Aurore-Castle Featured By Owner Mar 9, 2014  Hobbyist Traditional Artist
Hihihi! Regarde ce que je vais relire pendant mon temps libre, nee-chan~ **

marina-san.skyrock.com/

J'ai relu Pokémon Adventures récemment...Alors, fallait bien relire ta fific adorée~ *o* ! <33
Reply
:iconlugi-san:
Lugi-san Featured By Owner Mar 16, 2014
*v* Han mais elle est plus complète ToT !
Reply
:iconaurore-castle:
Aurore-Castle Featured By Owner Mar 16, 2014  Hobbyist Traditional Artist
Voui, j'ai remarqué ça! ;n; ...Mais je savoure pleinement les chapitres disponibles héhé~ ^v^ Ow, mais tu réalises qu'elle a été écrite en 2004 eh? Et qu'elle a donc 10 ans aujourd'hui? OvO LE TEMPS PASSE SI VITE.
Reply
:iconlugi-san:
Lugi-san Featured By Owner Mar 17, 2014
Wi , je devrais faire quelque chose.... un dessin ptete O_O
Reply
(1 Reply)
Add a Comment: